Œil qui saute : un signe annonciateur d'AVC ?

Publié le 14 Décembre 2018 par La Rédaction Médisite
En cas de maladie cardiovasculaire grave, et notamment d’AVC, des symptômes avant-coureurs existent et il faut savoir les identifier pour pouvoir intervenir rapidement. Si le mal de tête d’apparition subite en fait partie, est-ce également le cas lorsqu’on a un œil qui saute (ou qui tressaute) ?
Publicité

vignette-focus-500x333.jpg© Istock

Qu’appelle-t-on avoir l’œil qui saute ?

Les paupières sont des membranes qui protègent les yeux des agressions extérieures, qu’elles soient lumineuses ou qu’il s’agisse de particules telles que la poussière. Elles participent également au nettoyage des yeux. Les paupières sont actionnées par des muscles (muscles orbiculaires) et leur fonctionnement, le clignement, est presque toujours réflexe (même s’il est possible de fermer les yeux volontairement). Toutefois, il arrive que ces muscles s’emballent et que les paupières se mettent à trembler de façon incontrôlable (on parle de fasciculations). C’est ce phénomène qu’on appelle communément avoir l’œil qui saute. Quoique généralement bénin, ce trouble est très gênant et s’il peut disparaître en quelques minutes seulement, il arrive également qu’il persiste durant plusieurs heures.

Publicité

Causes de l’œil qui saute

Il existe plusieurs causes pouvant expliquer le phénomène de l’œil qui saute. La plus commune est la fatigue qui peut être générale ou plus spécifiquement oculaire. En effet, après avoir passé un trop long moment devant des écrans, les yeux peuvent s’assécher et se fatiguer au point que les paupières s’actionnent de façon exagérée pour les humidifier et les reposer en urgence. Le manque de sommeil et le stress peuvent aussi expliquer ce tressautement des paupières. Dans le même ordre d’idées, une pratique sportive trop intensive ou les excitants (caféine, alcool, tabac, etc.) vont favoriser l’apparition de ce phénomène, de même que certains médicaments (les antiépileptiques par exemple). Par ailleurs, un manque de magnésium (le bon fonctionnement des muscles est lié à ce minéral), un excès de calcium ou encore une infection virale peuvent expliquer ces fasciculations. De façon beaucoup plus exceptionnelle, on peut avoir l’œil qui saute en cas de troubles neurologiques bien spécifiques (sclérose en plaque, dystonie…).

Publicité

AVC : symptômes

Avoir l’œil qui saute ne semble donc pas lié à une maladie cardiovasculaire telle que l’accident vasculaire cérébral (AVC). En effet, les symptômes majeurs de l’AVC sont des étourdissements et des pertes d’équilibre soudains, un mal de tête intense d’apparition brutale (parfois accompagné de vomissements), un engourdissement d’une région du corps ou d’une partie d’un membre, une confusion et des difficultés à s'exprimer ou à comprendre ainsi qu’une perte soudaine de la vue. Ainsi, même si la vision trouble d'un œil fait partie de symptômes d’AVC, il ne s’agit pas véritablement d’un œil qui saute et ce dernier ne préfigure pour ainsi dire jamais un accident vasculaire cérébral. Toutefois, si le tressautement de la paupière persiste, il est préférable de consulter un ophtalmologiste car, dans certains rares cas, cela peut traduire une pathologie oculaire telle qu’une blépharite ou une uvéite.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X