AVC : l'infarctus cérébral

En France, les AVC constituent la première cause de handicap acquis d'origine non traumatique et la deuxième cause de démence (après l'Alzheimer) et de mortalité. 80 % des accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont des infarctus cérébraux. L'infarctus cérébral est un arrêt de la vascularisation du cerveau (tout comme l'infarctus du myocarde est un arrêt de la vascularisation du cœur). Environ 20 % des infarctus cérébraux sont dus à des embolies, c'est-à-dire à l'obstruction d'une artère cérébrale par la migration d'un caillot, le cerveau étant alors privé d'oxygène.

L'infarctus cérébral malin

Un infarctus cérébral est dit ""malin"" lorsqu'il bloque complètement une artère et prive d'oxygène toute la zone habituellement vascularisée par celle-ci. Les infarctus cérébraux malins entraînent des troubles de la conscience dans les 48 heures et un œdème cérébral se forme. Cela provoque une élévation de la pression intracrânienne (responsable du décès). En cas d'infarctus cérébral malin ayant entraîné une hémorragie, notamment chez un sujet jeune, le traitement est neurochirurgical. Il consiste à empêcher la compression du cerveau en procédant à ce qu'on appelle une craniectomie décompressive. Si elle est mise en place dans les 48 heures qui suivent l'infarctus cérébral malin, la mortalité est réduite d'environ 50 %, de même que les handicaps sévères.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.