IllustrationIstock

Corps calleux : fibres nerveuses dans le cerveau

Situé au centre du cerveau, le corps calleux se présente sous une forme allongée avec une partie antérieure charnue (la tête), une partie moyenne (le corps) et une partie postérieure (le splénium). "Le corps calleux est un amas de fibres nerveuses qui relient entre elles des régions corticales situées dans les deux hémisphères cérébraux", résume Mathieu Ceccaldi, professeur dans le Service de Neurologie et de Neuropsychologie au CHU de la Timone à Marseille.

C’est ce qu’on appelle une "commissure interhémisphérique". Grâce à sa situation entre l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche, il permet aux informations provenant ou destinées aux différents lobes cérébraux d’un hémisphère d’être transmises aux lobes de l’autre hémisphère (frontal, temporal, pariétal, occipital).

Corps calleux : fibres nerveuses dans le cerveau© Medisite.fr

Corps calleux : agent de liaison entre les hémisphères

Le role du corps calleux est donc de transmettre des informations d’un hémisphère à l’autre. "Une consigne verbale concernant la réalisation d’un geste à réaliser de la main gauche sera transmise de l’hémisphère gauche (spécialisé dans le langage) à l’hémisphère droit (qui contrôle la motricité de la main gauche)" tel est le role du corps calleux, détaille Mathieu Ceccaldi.

Le role du corps calleux est aussi dans les activités liées à une collaboration entre les deux hémisphères, comme la réalisation de gestes bi-manuels. En effet, chaque hémisphère contrôle, au plan de la motricité, la partie opposée du corps.

Il est possible de vivre sans corps calleux

Si le role du corps calleux permet aux deux hémisphères de communiquer pour réaliser des gestes de la vie quotidienne, il est toutefois possible de vivre sans corps calleux. Appelée "agénésie", l’absence de corps calleux est parfaitement compatible avec une vie classique. Sans que la science ne puisse encore l’expliquer, certaines personnes présentent en effet un défaut de développement, complet ou partiel, du corps calleux.

" Chez les patients agénésiques, le plus souvent, d’autres commissures se substituent au corps calleux absent ou défaillant, et la gêne fonctionnelle est le plus souvent absente, ou minime " rassure Mathieu Ceccaldi.

L'absence de corps calleux n'est pas handicapante au quotidien. 25 % des personnes atteintes par une absence de corps calleux n’ont aucun signe apparent, 50 % ont des quotients intellectuels moyens et des difficultés d’apprentissage, et les 25 % restant souffrent de troubles cognitifs prononcés, d'après l'Université de Genève.

Une personne sur mille naît sans corps calleux. "En l’absence de corps calleux, le cerveau se réorganise et crée un nombre remarquable de connexions à l’intérieur de chaque hémisphère, davantage que dans des cerveaux sains. Ces mécanismes de plasticité neuronale permettraient au cerveau d’utiliser des voies neuronales alternatives, de préserver la communication entre les hémisphères et de compenser ainsi les pertes" précise l'Université de Genève.

Attention aux lésions du corps calleux

Outre l’agénésie (qui est congénitale), le corps calleux peut être sujet à des lésions. "Une lésion acquise du corps calleux peut survenir du fait d’une intoxication alcoolique ou d’un traumatisme crânien, ou quelquefois du développement d’une tumeur." Mais là encore, le plus souvent, peu ou pas de gêne fonctionnelle dans la vie quotidienne.

Comme chez les patients agénésiques, d’autres commissures remplacent le corps calleux pour assurer la communication entre les hémisphères cérébraux et permettre de vivre normalement. D’ailleurs, "il y a quelques dizaines d’années, chez certains patients épileptiques sévères, on pouvait pratiquer une ablation, souvent partielle, du corps calleux afin de limiter la propagation des crises épileptiques" conclut Mathieu Ceccaldi.

mots-clés : anatomie, cerveau
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.