Occlusion intestinale chez le chat : une urgence vétérinaire

L'occlusion intestinale chez le chat fait partie des urgences vitales requérant l’intervention immédiate d’un vétérinaire. Comment reconnaître ce type de pathologie ? De quelle prise en charge fait-elle l’objet ?

Publicité

© Istock

Occlusion intestinale chez le chat : les signaux d’alerte

L’occlusion constitue une véritable urgence vétérinaire pour l’animal car elle se caractérise par un arrêt total du transit intestinal. Celle-ci peut être d’origine mécanique ou obstructive. Dans les deux cas, l’occlusion va générer des signes cliniques caractéristiques qui doivent pousser le maître à consulter un vétérinaire dans les plus brefs délais :

Publicité
Publicité

- des vomissements fréquents ;

- une perte d’appétit ;

- des selles liquides ;

- du sang dans les selles ;

- de la fièvre ;

- des douleurs abdominales ;

- une toux générée par le réflexe de régurgitation…

Lorsque l’obstruction est haute dans le tube digestif, les symptômes sont assez violents. Inversement, une occlusion basse, elle, sera plus difficile à détecter précocement.

Occlusion intestinale chez le chat : le traitement

Une fois l’occlusion intestinale confirmée et localisée par échographie, le vétérinaire va décider de la prise en charge la plus adaptée. Lorsque l’obstruction est légère (boule de poils, petit objet…), une élimination par voie naturelle sera privilégiée et favorisée par l’administration de médicaments spécifiques. Mais lorsque l’occlusion est majeure et susceptible d’endommager les structures digestives, le recours à l’intervention chirurgicale est nécessaire. En fonction du positionnement de l’objet obstructif, le chirurgien procédera à l’ouverture de l’estomac (gastrostomie) ou des intestins (entérostomie).

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X