Sommaire

1. Un effeuillage coquin

Le déshabillage fait partie des préliminaires amoureux, à l'égal des caresses. Une main qui s'attarde lentement sous une jupe ou un chemisier déclenche généralement une sorte de "oui" de tout le corps. Déshabillez-la très lentement... et peut-être même pas complètement.

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce qu'avec l'expérience, les femmes achètent moins de vêtements mais ils sont plus raffinés. Ne négligez pas, messieurs, le plaisir sensuel des femmes à être caressées par-dessus une matière douce ou soyeuse. Les femmes sont parfois moins fières de leur corps qu'à 20 ans, elles se trouvent alors plus coquettes parées d'un voile pudique.

2. La vérité sur ces fameux préliminaires

Vous pensez que les préliminaires sont une perte de temps, un temps "sacrifié" à votre partenaire avant la pénétration ? C'est parfois une erreur. Pour les femmes, les "préliminaires" font partie de l'acte sexuel. Celui-ci commence au premier regard coquin que vous vous lancez, passe par les baisers que vous échangez, les vêtements qui glissent, puis les caresses. Loin avant la pénétration. Parfois les plus longs chemins sont les meilleurs !

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Avec le temps, la réponse sexuelle est peut-être physiquement plus longue, mais le cerveau est plus entraîné à retrouver le chemin du plaisir. D'autant qu'on ose dire ce que l'on aime... ou pas. Bref, les préliminaires ne sont que de l'amour !

Bémol : Si vous sentez que votre partenaire accélère le rythme, laissez-vous faire ! Il est alors inutile de lui imposer une phase plus longue de préliminaires.

3. Zones érogènes : territoires intimes à explorer

Avec votre expérience, vous n'avez pas votre pareil pour débusquer le clitoris le plus discret, mais les zones érogènes de la femme sont autrement plus vastes. Jouez les experts en vous attardant dans son cou ou en mordillant ses lobes d'oreilles. Voyez du côté de l'intérieur des cuisses et des bras, là où la peau est si douce et si sensible, le bas des reins, les orteils...

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce que votre compagne sait ce qu'elle aime et n'hésitera pas à vous le faire comprendre. Seins, visage, dos... Il n'y a pas de mauvaises caresses mais des goûts très différents. Soyez à l'écoute d'une main qui guide ou d'un souffle qui se fait plus rapide.

4. Les mots de l'amour

La parole avant, pendant, et après l'amour est fondamentale pour les femmes, pour qui la confiance et la sensation d'intimité sont le préalable à l'acte sexuel. Reste à trouver les mots : tendres et flatteurs avant, canailles juste avant l'orgasme, câlins après. Voilà pour la théorie. Reste à trouver l'équilibre avec votre tendance naturelle.

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce que, là encore, votre partenaire va vous aider. Si elle ne répond pas à votre sollicitation verbale, peut-être n'est-elle pas sensible aux mots. Si, au contraire, en sentant venir l'orgasme, elle devient tout à coup très crue, vous pouvez vous adapter.

5. Et le 'clito' pour les intimes ?

Organe, par définition, de l'orgasme féminin ce petit "bouton" est plus ou moins proéminent. Il connaît une sorte d'érection quand il est excité. Il n'existerait pas vraiment deux sortes d'orgasmes : le clitoridien et le vaginal (déclenché par la pénétration), mais plus vraisemblablement un seul, dû aux longues racines du clitoris qui irradient jusque dans le vagin. Reste que peu de femmes ont un orgasme par simple pénétration, sans une stimulation quelconque, manuelle ou par frottement, du clitoris.

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce que le temps permet de savoir ce qui "marche" : caresses buccales ou manuelles, lentes ou rapides...

6. Que pensent-elles de la fellation ?

Les femmes sont aujourd'hui beaucoup plus nombreuses qu'il y a 25 ans, selon le fameux rapport Hite, à pratiquer cette caresse du sexe de leur partenaire avec leur bouche. Reste que c'est un acte "excitant" pour elles dans la mesure où il excite leur partenaire. Mais il ne stimule pas directement les zones érogènes de la femme.

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce qu'avec le temps, les femmes prennent goût à cette caresse (à moins que leur dégoût persiste, mais au moins c'est clair !) et la pratique avec gourmandise et tact, sans imiter les films pornographiques.

7. Pénétration, mode d'emploi

Petit rappel : si pour vous messieurs, la pénétration est le point culminant de l'acte sexuel, pour la femme, elle n'en est que le prolongement. Certaines auront même déjà joui. En tout état de cause, une bonne lubrification du vagin est indispensable. La sécheresse peut être physiologique, liée à la ménopause, mais peut être aussi la manifestation d'une gêne (préliminaires trop rapides, déconcentration...), exactement comme un homme qui n'a pas (encore) d'érection. Soyez attentif.

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Certaines femmes, pas toutes, jouissent par la pénétration. Les va-et-vient peuvent, sans le conditionner, participer au plaisir.

8. Le point G existe-t-il ?

Petite surface lisse située sur la face interne du vagin, côté ventre, à environ 2 centimètres de l'entrée, c'est une zone érogène pas tout à fait comme les autres. Chez certaines femmes, il est très sensible, et sa stimulation peut mener à l'orgasme ; chez d'autres il est TROP sensible voire douloureux ; chez d'autres encore, il stimule une envie d'uriner...

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce qu'on a dépassé les classifications : "clitoridiennes" , "vaginales" et que chacune connaît le chemin qui la mène à l'orgasme, sans plus se demander si elle est dans la norme ou pas. Ayant compris qu'en matière de sexe, il n'y a pas de norme. Ouf !

9. Les positions qu'elles préfèrent

Vous savez désormais que toutes les positions qui facilitent simultanément la pénétration et la stimulation, manuelle, ou par frottement, du clitoris, sont les plus agréables pour les femmes. Par exemple assise sur l'homme. D'une manière générale, il faut qu'elle ait le bassin suffisamment dégagé pour bouger. Ce qui ne vous dispense pas de mouvements du bassin aussi !

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce que les acrobaties, plus expérimentales qu'excitantes, de nos 20 ans, c'est fini. On connaît les deux ou trois positions, tenables sur la durée, c'est-à-dire confortables, qui nous conviennent.

10. Combien d'orgasmes peut-on avoir à la suite ?

Plusieurs. Contrairement aux hommes qui connaissent une période réfractaire, d'ailleurs de plus en plus longue avec le temps. Cela dit, UN orgasme, c'est plus que ce que la moitié des femmes connaissent (35 % déclarent avoir un orgasme lors d'un rapport dans le dernier rapport Spira). Par ailleurs, certaines, après le premier orgasme, ne supportent plus d'être caressées sur les zones qui les faisaient frémir cinq secondes plus tôt...

Pourquoi c'est mieux après 50 ans ?

Parce que les femmes arrivent plus vite à l'orgasme, ce qui écarte chez leur partenaire la hantise de l'éjaculation trop rapide. Quant à l'orgasme simultané, n'en faites pas un must, quand il arrive, c'est un coup de chance.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.