Maladie d’Alzheimer : et si vous aviez été mal diagnostiqué ?

Publié le 02 Mai 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Des chercheurs ont découvert une nouvelle forme de démence. Une avancée majeure, puisqu'un tiers des personnes pensant avoir Alzheimer pourrait en fait souffrir de cette autre maladie.
Publicité

Des millions de personnes pourraient avoir été diagnostiquées à tort de la maladie d’Alzheimer. Elles souffriraient en fait d’une toute autre forme de démence, récemment découverte par des chercheurs. Cette confusion, liée à la similitude des symptômes, pourrait expliquer pourquoi il n’existe, à ce jour, aucun traitement efficace contre la démence.

Une nouvelle forme de démence vient d’être découverte

Rappelons d’abord que la démence n’est pas une maladie en tant que telle : elle désigne un groupe de symptômes, comprenant les troubles de la mémoire et le déclin cognitif. La maladie d’Alzheimer est la forme la plus répandue de démence, mais ce n’est pas la seule. Celle qui vient d’être découverte par les chercheurs a été nommée encéphalopathie à prédominance limbique TDP-43 liée à l’âge (ou “LATE”).

Publicité

“Elle existait depuis toujours, évidemment, mais nous venons tout juste de l’identifier”, souligne le Dr. Pete Nelson, auteur principal de l’étude. “La maladie d’Alzheimer est une pathologie que tout le monde connaît - c’est une façon de sombrer dans la démence - mais il en existe aussi d’autres formes, et celle que nous appelons “LATE” et l’une des plus répandues”.

Publicité

Cette encéphalopathie serait très répandue chez les personnes de plus de 80 ans

Les scientifiques ont examiné des preuves tirées de milliers d’analyses post-mortem. Et selon eux, un tiers des personnes âgées diagnostiquées de la maladie d’Alzheimer, pourrait en réalité souffrir de cette encéphalopathie - dans certains cas, les deux troubles peuvent aussi co-exister. Celle-ci semble toucher plus particulièrement les personnes de plus de 80 ans, puisqu’un sujet sur cinq en serait atteint dans cette tranche d’âge.

Si ces deux formes de démence ont des symptômes similaires, elles présentent aussi quelques différences. Celle qui vient d’être découverte aurait tendance à causer un déclin de la mémoire plus graduel. Il semblerait aussi que cette maladie soit causée par l’accumulation de la protéine TDP-43 dans le cerveau, tandis qu’Alzheimer est liée aux protéines amyloïde et tau.

Un espoir pour les traitements contre la démence

Depuis des années, la médecine échoue à trouver un remède efficace contre la démence. Cela peut s’expliquer par la complexité de ce problème, qui peut avoir diverses formes et origines. Ainsi, des médicaments conçus pour soigner Alzheimer n'auraient aucun effet sur une autre forme de déclin cognitif. Une meilleure connaissance des différents types de démence - dont l’encéphalopathie TDP-43 - pourrait ouvrir la voie à de nouvelles pistes de traitements, plus ciblés.

Pour le Dr. Nelson, ces travaux sont très prometteurs. “C’est un moment excitant pour entreprendre des recherches, et tenter d’optimiser et de développer des thérapies”. Le chercheur reconnaît néanmoins “qu’il y a beaucoup de travail à faire”. Cette découverte est donc “plus un point de départ qu’une ligne d’arrivée”. Mais pour lui, cela ne fait aucun doute : “de nombreuses personnes qui pensaient avoir Alzheimer n’en souffrent pas du tout, en réalité”.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X