Alzheimer et Parkinson : l’huile de soja affecterait le cerveau

Régulièrement utilisée en restauration rapide pour la friture, l’huile de soja est de plus en plus produite. Pourtant, une nouvelle étude vient de démontrer ses dangers. Déjà accusée de favoriser l’obésité et le diabète, cette huile pourrait aussi participer au développement de la maladie d’Alzheimer.

L’huile de soja n’est décidément pas votre alliée. Alors qu’elle était déjà liée à l’obésité ou à la survenue de diabète, une étude vient de prouver qu’elle pourrait jouer un rôle dans le développement de la maladie d’Alzheimer, l’autisme, mais aussi l’anxiété et la dépression.

L'huile de soja est une huile végétale extraite du soja par trituration, et utilisée dans l'alimentation. Communément utilisée en restauration rapide pour la friture, elle représente l’huile la plus produite et consommée aux Etats-Unis, selon les données du département américain de l’Agriculture. Au sens plus large, on retrouve l’huile de soja au sein des aliments transformés, margarines et vinaigrettes.

Des études antérieures ont ainsi déjà prouvé ces dangers sur l’organisme : l’huile de soja est liée de près à l’obésité, au diabète et peut causer de sérieux dommages au foie.

Désormais, une nouvelle enquête américaine établit un lien entre l’huile de soja et l’apparition d’Alzheimer. Cette huile peut réellement être responsable de changements neurologiques.

Obésité et diabète : l’huile de soja "modifiée" régule le risque

Une équipe de l’Université UC Riverside (Californie) a mené des tests sur des souris. Les chercheurs ont administré trois régimes différents à un groupe de rongeurs : un régime riche en huile de soja, un autre riche en huile de soja modifiée (pauvre en acide linoléique, un acide gras de type oméga-6), et enfin, un régime riche en huile de coco.

Dans une étude menée en 2017, il avait déjà été démontré que si l’huile de soja était pauvre en acide linoléique, les risques d’obésité et de diabète diminuent.

Cerveau : l’huile de soja agit sur l’hypothalamus

Or, l’huile de soja modifiée ne protège pas votre cerveau. Les effets de l’huile de soja sur l’hypothalamus (région située au cœur du cerveau) viennent d’être avérés, et ce, qu’elle soit riche ou pauvre en acide linoléique.

"L'hypothalamus régule le poids corporel via votre métabolisme, maintient la température corporelle, est essentiel pour la reproduction et la croissance physique ainsi que votre réponse au stress", a déclaré Margarita Curras-Collazo, professeur agrégé UCR de neurosciences et auteur principal de l'étude.

Localisation de l'hypothalamus

Localisation de l'hypothalamus© Creative Commons

Crédit : OpenStax College - ©CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.en

Les souris nourries à l’huile de soja présentent, en effet, un certain nombre de gènes déficients. C’est le cas de celui qui est chargé de produire l’ocytocine. On l’appelle aussi "l’hormone de l’amour". Cette hormone est produite par la présence rassurante de l’être que vous aimez et par ses marques d’affection. C’est aussi cette hormone qui provoque les contractions de l’utérus lors de l’accouchement.

Comme pour toutes les hormones, la production de l'ocytocine dépend de l'hypothalamus. Chez les souris nourries à l’huile de soja, les niveaux d’ocytocine se sont trouvés bas. L’hypothalamus étant affecté.

Alzheimer ou Parkinson : l’huile de soja épinglée par les chercheurs

D’après les résultats des chercheurs, 100 autres gènes sont encore affectés par l’huile de soja. Elle nuirait au bon fonctionnement du cerveau et favoriserait le développement de l’autisme et de maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. "Cependant, il est important de noter qu'il n'y a aucune preuve que l'huile provoque ces maladies", notent les chercheurs. L’étude n’a pour l’instant été menée que sur des souris mâles.

En outre, sachez que ces résultats ne s’appliquent qu’à l’huile de soja. Et non aux autres produits à base de soja ou aux autres huiles végétales.

"Ne jetez pas votre tofu, lait de soja ou sauce de soja, a déclaré Frances Sladek, toxicologue du DUC et professeur de biologie cellulaire. De nombreux produits à base de soja ne contiennent que de petites quantités d'huile et de grandes quantités de composés sains tels que les acides gras essentiels et les protéines".

Huile de soja : quels composés nuisent au cerveau ?

L’équipe de recherche n’a pas encore identifié les produits chimiques présents dans l’huile de soja, et responsables de l’altération de l’hypothalamus. En revanche, ils ont pu en exclure deux : cela ne peut pas être l’acide linoléique, puisque l’huile modifiée génère aussi les perturbations. Mais ce n’est pas non plus le stigmastérol (produit chimique semblable au cholestérol que l’on trouve naturellement dans l’huile de soja), selon les scientifiques.

L’identification des composés responsables des désagréments causés par l’huile de soja constitue une prochaine piste à exploiter pour des futures études.

"Cela pourrait permettre de concevoir des huiles alimentaires plus saines à l'avenir", a déclaré Poonamjot Deol, assistant scientifique du projet dans le laboratoire de Sladek et premier auteur de l'étude.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.