Un groupe pharmaceutique, réunissant des s cientifiques japonais du laboratoire Eisai et des experts américains de chez Biogen, ont fait une révélation empreinte d’espoir pour l’avenir : le traitement qu’ils ont mis au point, répondant au nom de Lecanemab, a fait ses preuves lors des derniers essais cliniques effectués.

Le déclin cognitif considérablement ralenti

C’est donc une révélation des plus réjouissantes qui a marqué la journée du 28 septembre : le groupe d’experts s’est dit « encouragé » par les résultats obtenus dans le cadre des tests de leur nouveau médicament mis au point contre Alzheimer. Ces retours positifs font du médicament concerné, le premier de la liste à avoir prouvé son rôle dans le ralentissement de la progression de la maladie d’Alzheimer.

Le Lecanemab serait parvenu, selon les chercheurs, à ralentir de 27 % le déclin cognitif et fonctionnel propre à la maladie, en comparaison avec les résultats obtenus avec un placebo. 1 800 patients ont été étudiés dans le cadre de ces travaux : le traitement expérimental a été administré à la moitié du groupe, l’autre partie ayant reçu un placebo. La réduction du déclin des fonctions cognitives a été enregistrée sur une période de 18 mois.

Alzheimer : vers l’espoir d’un traitement

Au vu des résultats très encourageants, les laboratoires Biogen et Eisai à l’origine du médicament envisagent de déposer les demandes qui permettront par la suite d’autoriser le médicament à la vente, commercialisant ainsi le traitement à travers les Etats-Unis, l’Europe puis le Japon dans le courant du mois de mars 2023.

« Si les données résistent à un examen approfondi, il s'agit d'une nouvelle fantastique », a confié Tara Spires-Jones, chercheur à l'Université d'Édimbourg, avant de rappeler que si le traitement n'entraîne pas « une guérison», il peut tout de même « freiner le déclin cognitif et ainsi préserver la possibilité de mener des activités quotidiennes normales est déjà une victoire énorme ».

Médicament : des effets secondaires à surveiller

Toutefois, si ces résultats restent encourageants pour la suite et ont été salués par la communauté scientifique, ils devront faire l’objet de plus amples recherches et phases de test, « au regard des risques d’effets secondaires, dont des inflammations et des saignements dans le cerveau », a indiqué le Dr Charles Marshall, expert de la Queen Mary University of London.

Le médicament Lecanemab a été mis au point pour agir sur les plaques de protéines retrouvées chez les malades d’Alzheimer, bien que la communauté scientifique ne sache pas encore exactement leur rôle exact. En effet, lorsqu’elles interviennent, ces plaques amyloïdes s’accrochent aux neurones et finissent par les détruire : mais sont-elles la cause même du développement de la maladie, ou sont-elles la conséquence ? Un mystère que les chercheurs entendent bien élucider rapidement.

Pour le Professeur Dubois, neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, « les résultats du lecanemab sont positifs et indiscutables. L'étude est puissante et a été bien conduite, sur des patients à des stades moins avancés que pour l'aducanumab. On a ainsi la preuve que lorsqu'on agit sur les lésions amyloïdes, il y a ensuite un effet sur les symptômes», a-t-il déclaré au média Sciences et avenir.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.