Votre tasse de thé contient des milliards de microplastiques

Près de 12 milliards de microplastiques seraient contenus dans une seule tasse de thé, révèle une nouvelle étude. Et ces particules pourraient bien avoir un effet délétère sur notre santé à long terme.

Vous pensiez faire du bien à votre corps en buvant cette grande tasse de thé vert ? Pourtant, cette dernière pourrait cacher plus de substances indésirables que vous ne le pensiez. Une nouvelle étude, publiée dans la revue Environmental Science & Technology, révèle que certains sachets de thé libèrent des milliards de microparticules de plastique dans votre boisson. De quoi laisser un certain goût amer…

11,6 milliards de microplastiques dans une seule tasse de thé

En effet, certaines entreprises ont récemment décidé de remplacer les sachets en papier traditionnel par des sachets en plastique. Un choix qui n’est malheureusement pas sans conséquence. “Tremper un seul sachet de thé en plastique à une température d’infusion libère 11,6 milliards de microplastiques et 3,1 milliards de nanoplastiques dans une seule tasse”, a conclu une équipe de chercheurs de l’Université McGill, à Montréal.

Ce résultat serait dû à la décomposition des sachets de thé en plastique en morceaux mille fois plus petits que le diamètre d’un cheveu humain. On ne peut donc pas les voir ni les sentir en bouche, mais ils sont pourtant bien présents.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont retiré le thé de leurs sachets plastiques et ont lavé les sacs vides avant de les placer dans de l’eau chaude. Ils ont procédé ainsi pour quatre marques de thé différentes. Ils ont ensuite analysé la boisson au microscope, ce qui leur a permis de noter la quantité de microplastiques rejetée par un seul sachet. Celle-ci serait des milliers de fois supérieure à la quantité observée dans d’autres aliments.

Les microplastiques semblent altérer la santé physique et mentale de petits animaux

Pour aller plus loin, les chercheurs ont procédé à une seconde expérience. Ils ont administré des doses variables de ces particules de plastique à des puces d’eau. Bien que ces dernières aient survécu, elles ont présenté des anomalies physiques et comportementales après avoir été nourries avec ces microplastiques.

Les scientifiques estiment toutefois que des travaux complémentaires doivent être réalisées, afin de déterminer les effets de ces microplastiques sur la santé humaine.

La quantité de plastique ingérée chaque année inquiète les ONG

Au mois de juin déjà, l’ONG de protection de l'environnement WWF rendait un rapport alarmant sur la quantité de plastiques que l’on avale au quotidien. “Un être humain ingère en moyenne 5 grammes de plastique chaque semaine, soit l’équivalent du poids d’une carte de crédit”, avaient conclu les experts.

À l’année, cela revient à 260 grammes de plastique consommé. En comparaison, une baguette tradition pèse environ 250 g, et une belle entrecôte, autour de 200 g. Des microplastiques ont aussi été retrouvés en surnombre dans l’océan, l’eau du robinet et certains aliments comme les fruits de mer.

“Ces dernières années, de plus en plus de publications scientifiques ont démontré que les microplastiques pénètrent non seulement dans l’environnement, mais aussi dans notre corps”, indique le Dr Kenneth Spaeth, responsable de médecine du travail et de l’environnement au Northwell Health in Great Neck (New-York), qui n’a pas participé à l’étude.

Les microplastiques contiennent des perturbateurs endocriniens et des substances cancérigènes

Pour l’instant, la trop faible quantité de données ne permet pas de dire si ces microplastiques constituent une menace pour la santé humaine. Nous ne pouvons qu’attendre, et voir quelles seront leurs conséquences à long terme. Néanmoins, “sur la base de la composition moléculaire des microplastiques, il y a lieu de s’inquiéter de leurs effets potentiels sur la santé”, estime le spécialiste.

En effet, ces particules “contiennent une variété de composants connus pour nuire à la santé humaine - notamment des perturbateurs endocriniens et des substances cancérigènes pour l’homme”.

Pour le médecin, la nouvelle étude canadienne soulève un point essentiel : le fait que “l’exposition humaine aux microplastiques n’est pas seulement le résultat de la contamination généralisée de l’environnement au sens large, mais que notre utilisation de plastiques dans les produits destinés à la consommation augmente considérablement notre exposition aux microplastiques”.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s): Plastic Teabags Release Billions of Microparticles and Nanoparticles into Tea, Environmental Science & Technology, 25 septembre 2019. 
Billions of 'Microplastics' in Each Plastic Teabag, WebMD, 25 septembre 2019. 
La rédaction vous recommande sur Amazon :