Voilà pourquoi il ne faut pas garder un élastique autour du poignet

Publié le 20 Juin 2016 par Bénédicte Demmer, journaliste santé | Mis à jour le 05 Février 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Le journal anglais Daily Mail rapporte l'histoire d'un petit garçon de 4 ans qui a risqué l'amputation à cause d'un élastique laissé trop longtemps autour du poignet.
Publicité

© IstockVoilà une mauvaise habitude qui a failli causer une amputation. LongLong, un petit garçon chinois de 4 ans, a été admis à l'hôpital à cause d'une rougeur douloureuse autour du poignet qui l'empêchait de bouger son bras. Il s’agissait en fait d'un élastique en caoutchouc, laissé trop longtemps autour de son bras, qui s'était intégré à l'intérieur de sa peau.

Un bracelet trop serré à l'origine

Selon le rapport des médecins, révélé par le journal anglais Daily Mail, la mère de l'enfant avait offert un bracelet en métal à son fils, symbole de protection pour sa famille. Ce dernier étant trop serré, la grand-mère avait observé en le retirant une cicatrice rouge et gonflée autour du poignet du garçonnet. Sans connaître le danger, l'enfant ayant trouvé un élastique en caoutchouc l'a placé autour de son poignet blessé par la gourmette et l'a oublié. La trace rouge a alors cicatrisé autour de l'élastique qui s'est intégré à la peau, affectant également l'évolution de l'ossature du poignet.

Publicité

"Lorsqu'il est arrivé il ne pouvait plus bouger le bras gauche. Si nous n'avions pas retiré l'élastique le garçon aurait risqué l'amputation", ont déclaré les médecins. Selon eux, il ne s'agit d'ailleurs pas d'un cas isolé : l'année d'avant, un enfant a été amené en urgence dans le même hôpital où il a dû subir une amputation des doigts, également à cause d'un bracelet trop serré au poignet.

Publicité

Les loom bands, des bracelets à la mode potentiellement cancérigènes

A la mode ces derniers temps, les loombands, ces bracelets en caoutchouccolorés, sont retrouvés dans toutes les cours de récréation. Mais ils ne seraient pas sans danger pour la santé des jeunes enfants : une étude britannique parue en 2014 a en effet révélé que les petits accessoires pouvant être accrochés sur ces bracelets contenaient un taux anormalement élevé de phtalates (plus de 0,1%, qui est le taux maximal autorisé), dont les risques cancérigènes sont reconnus. Afin de limiter ces risques, les autorités sanitaires invitent les parents à vérifier qu'il y ait bien la mention "CE" sur les paquets achetés, gage de qualité.

Un autre cas en Angleterre :

En Angleterre, le jeune Brandon a bien failli perdre deux doigts en fabriquant son bracelet, relatait récemment le DailyMail. Le garçon de huit ans s’était endormi sur son métier à tisser, plusieurs élastiques enroulés autour des doigts. Lorsque son père l’a retrouvé ainsi en rentrant du travail, les doigts de l’enfant étaient presque noirs. Heureusement, les choses sont rentrées dans l’ordre pour le garçon.

Un autre petit Britannique a aussi été victime de ces bracelets à la mode. Alors qu’il réalisait un Rainbow Loom avec son frère, Kyle, 7 ans, a reçu un des élastiques dans l’œil. Résultat ? Un caillot de sang s’est formé et le jeune garçon a perdu l’usage de son œil. Le DailyMail affirme que l’enfant devrait être opéré prochainement afin de recouvrir la vue, sans certitude toutefois.

Si ces bracelets présentent peu de risques en eux-mêmes, les élastiques qu’ils nécessitent doivent être maniés avec prudence. "Il y a toujours un danger lorsque ce genre de choses est à portée des enfants, précise Oreste Battisti, pédiatre au CHU de Liège, dans un reportage pour RTL.be. Le premier risque se situe au niveau de la circulation. Si un objet garrotte un doigt ou une main pendant une demi-heure, les tissus peuvent se nécroser." Prudence donc.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X