Sang dans les selles : le signe qui augmenterait le risque de mortalité précoce

Publié le 17 Juillet 2018 à 12h06 par Cécile Bourdeaux, journaliste santé
Une étude écossaise révèle que les personnes ayant du sang dans les selles seraient plus susceptibles de mourir prématurément d'un cancer du côlon, mais aussi d'autres maladies.

Même si on ne le voit pas à l'œil nu, le sang présent dans les selles peut être un signe de maladie mortelle. Les chercheurs de l'Institut de recherche médicale de l'hôpital Ninewells à Dundee en Écosse ont découvert que le sang "invisible" présent dans les matières fécales serait un prédicateur de maladie grave, autre que le cancer du côlon, pouvant déboucher sur un décès prématuré.

Risque accru de décès de 58%

En Écosse, un test permet de détecter la présence de sang invisible dans les selles, il est connu sous le nom de test sanguin occulte fécal (RSOS) et permet de dépister le cancer colorectal chez les personnes âgées. En France, son équivalent était Hémmocult II® jusqu'à fin 2014. On parle aujourd'hui de test immunologique.

Les scientifiques se sont appuyés sur les données de prescription, de dépistage du cancer colorectal et les registres de décès de 134 000 personnes âgées de 50 à 74 ans, à Tayside en Écosse, de mars 2000 à mars 2016. Au total, 131 207 personnes ont présenté un résultat négatif au test de dépistage et 2 714 personnes ont obtenu un résultat positif.

Les données ont montré que les personnes ayant un résultat positif au RSOS étaient près de 8 fois plus susceptibles de mourir d'un cancer colorectal que les personnes ayant eu un résultat négatif au test de sang dans les selles. Le plus surprenant était que les personnes ayant eu un résultat positif présentaient un risque accru de décès de 58% dû à toutes les causes, autres que le cancer colorectal.

Une série de maladies potentiellement mortelles

Ces personnes positives au test présentaient un risque significativement plus élevé de décès par maladies circulatoires, respiratoires, digestives, neuropsychologiques, sanguines et hormonales, ainsi que de décès par d'autres types de cancers que le cancer colorectal.

Les chercheurs soulignent qu'à ce stade, il n'y a aucune explication évidente à leurs résultats. Cependant, l'âge avancé et le sexe masculin étaient associés à une plus grande probabilité de résultats positifs. Les prescriptions d'aspirine ou d'autres médicaments connus pour augmenter le risque de saignement du tube digestif étaient également plus susceptibles d'être associées à un résultat positif.

"Si le sang 'invisible' dans les selles est un prédicateur de l'espérance de vie et de multiples causes de décès, les prochaines questions inévitables concernent les implications pour les programmes de dépistage du cancer de l'intestin ou de dépistage du cancer du côlon" explique le principal auteur de l'étude, Uri Labadaum. Il a également ajouté : "Si les yeux sont le miroir de l'âme, est-ce qu'un test fécal est le reflet de la santé générale ?". L'étude étant observationnelle, d'autres recherches sont nécessaires pour trouver la réponse à cette question.

Vidéo : Sang dans les selles : un signe de mortalité précoce

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X