Maladies du foie : le dépistage qu’il faut faire

Publié le 17 Janvier 2018 par Laurène Levy, journaliste santé
Les maladies du foie évoluent le plus souvent sans symptômes. Pour les diagnostiquer au plus tôt et les soigner plus efficacement, réalisez ce simple test de façon régulière. 
Publicité

© Adobe StockCirrhose, hépatite, cancer du foie, maladie du foie gras… Comment diagnostiquer au plus tôt les maladies du foie ? Cette question est au cœur des préoccupations des 1000 médecins et scientifiques spécialistes du foie qui se sont réunis les 15 et 16 janvier 2018 au Palais des Congrès de Paris pour la 11e Paris Hepatology Conference. Selon l’organisateur de ce congrès, le professeur Patrick Marcellin, hépatologue à l’hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine) interrogé par Le Parisien, la mise en place d’un dépistage sanguin systémique est primordial pour lutter contre les pathologies de cet organe.

Publicité
Publicité

Doser les transaminases ASAT et ALAT

En pratique, une atteinte du foie est observable dans le sang grâce au dosage des transaminases, des enzymes qui interviennent dans le métabolisme hépatique. "En cas de souffrance du foie […] par exemple, les cellules lésées créent une augmentation des transaminases. Mesurer leur taux d'activité peut permettre de révéler un trouble dans l'organisme s'il se révèle anormal ", expliquait récemment à Medisite le professeur Patrick Marcellin. D’où l’importance de prises de sang régulières pour mesurer deux types de transaminases : les ASAT et ALAT. "Si le taux d'ALAT est plus haut que celui des ASAT c'est un problème de foie", révélait le professeur Marcellin sur notre site.

"Plus d'un tiers des maladies du foie sont révélées à un stade avancé"

Quand faire un tel dépistage ? "Tous les ans pour les personnes à risque, t ous les deux à trois ans pour les autres. C'est simple, ça ne fait pas mal, ça coûte pas cher, mais ça peut sauver des vies !" insiste l’hépatologue dans les colonnes du Parisien. Les personnes à risque de maladie hépatiques sont celles qui consomment de l’alcool de manière excessive et durable, qui fument, qui présentent un excès de graisses dans le foie ou qui ont déjà souffert d’infections hépatiques virales (hépatites B et C). Mais n’attendez pas d’éventuels symptômes pour faire les tests sanguins recommandés par les spécialistes car ils risquent d’apparaître bien trop tard : 'Plus d'un tiers des maladies du foie sont révélées à un stade avancé, voire très avancé. Elles évoluent silencieusement, sans laisser apparaître de symptôme', signale en effet au journal le professeur Marcellin.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X