Lunettes : des écarts de prix “faramineux” épinglés par l’UFC-Que-Choisir

Publié le 19 Janvier 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Dans un article du jeudi 18 janvier 2018, l'UFC Que Choisir dénonce les écarts de prix abusifs de certains opticiens concernant l'achat de montures et verre optiques. 
Publicité

© Adobe Stock"Faramineux" c'est l'adjectif avec lequel l'association UFC-Que-choisir qualifie les abus d'écarts de prix entre les différents achats de verres et montures de lunettes en France. Selon l'association, les tarifs selon les opticiens peuvent varier "du simple au double". Chez les adultes, les experts de l'association révèlent que la fourchette de tarification pour des verres progressifs haut de gamme peut aller de 399 à 711 euros. Chez les enfants, une simple paires de lunettes hors montures peut être payée 126 à 257 euors.

Publicité

Un reste à charge pour "90% des consommateurs"

Pour faire cette estimation, les experts de l'association de consommateurs ont passé en revue 215 000 devis optiques effectués entre 2016 et 2017 concernant 8 profils de consommateurs enfants et adultes fournis par 34 complémentaires santé. Selon leurs conclusions, en tout les Français auraient déboursé 6,2 milliards d'euros en lunettes de vue en 2016, une augmentation de 0,5% par rapport à l'année précédente. En tout, avec une dépense moyenne de 316 euros pour les montures et 613 euros pour les verres progressifs est le pays dont le budget optique est le plus élevé parmi "les pays riches". Des prix tellement élevés que pour "90% des consommateurs", même après le remboursement des complémentaires santé il reste des dépenses à charge.

Publicité

En réaction à cette découverte, l'UFC que choisir sort un comparatif de devis optique en ligne afin d'obtenir les meilleures offres car la transparences des prix selon eux permettrait de réduire les dépenses des consommateurs. Une enquête qui vient d'être publiée sur le site alors quel le gouvernement se penche actuellement sur la mise en place des nouvelles modalités de remboursement. Pour rappel, pendant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis d'ici 2022 de nouvelles garanties de remboursement avec pour objectif un reste à charge 0 euros pour les consommateurs. Récemment la ministre de la Sante Agnès Buzyn avait annoncé l'accélération du processus mais que cette amélioration ne concernerait pas tous les segments de prix.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X