Hémorroïdes : 75% des plus de 45 ans souffrent de ce problème intime très désagréable

Publié le 21 Décembre 2017 par Rédaction Medisite
Ce problème de santé qui touche une partie intime du corps est très répandu chez les plus de 45 ans. Bonne nouvelle : il est le plus souvent assez facile à soigner en automédication.
Publicité

© Adobe StockDouleurs, brûlures et saignements au niveau de l’anus. Ces symptômes désagréables caractérisent les crises d’hémorroïdes qui sont dues au gonflement des veines de la région anale. Et ce trouble n’est pas rare : plus de 75% de personnes de 45 ans et plus sont aujourd’hui affectées par des crises hémorroïdaires. Mais bonne nouvelle : elles sont le plus souvent assez faciles à soigner, selon un communiqué de l’école de médecine d’Harvard.

Publicité

Bain de siège, fibres et crèmes apaisantes

"Les hémorroïdes peuvent être douloureuses et embarrassantes, mais elles se rétrécissent souvent d'elles-mêmes grâce à de simples remèdes d’automédication en vente libre", explique en effet le docteur Howard LeWine, professeur adjoint de médecine à l’école de médecine d’Harvard cité dans le communiqué. Ainsi, qu’il s’agisse d’hémorroïdes externes (situées juste à l’ouverture du canal anal) ou d'hémorroïdes internes (situées à l’intérieur de ce canal), les spécialistes proposent des solutions simples et efficaces. Le premier remède pour soulager les démangeaisons est le bain de siège : "Remplissez une baignoire avec trois à quatre pouces (7 à 10 centimètres, ndlr) d'eau chaude (pas brûlante) et asseyez-vous genoux pliés pendant environ 10 à 15 minutes. Séchez-vous doucement avec une serviette" conseille ainsi l’université d’Harvard. Les spécialistes préconisent également le recours aux compléments en fibres pour réduire les saignements et l’inflammation et pour faciliter le passage des selles. Pensez aussi aux crèmes apaisantes à base de lidocaïne ou d’hydrocortisone.

Publicité

Attention au risque de thrombose

Mais l’automédication suffit-elle pour tous les types d’hémorroïdes ? Pas forcément. "La thrombose hémorroïdaire est une exception", selon le docteur LeWine. Cette complication de la crise hémorroïdaire correspond à "la formation soudaine d’un caillot dur et enflammé à l’intérieur de l’hémorroïde", précise le médecin. Elle se traduit généralement par une douleur intense et par la formation d’un œdème au niveau de l’anus. Dans ce cas, "contactez votre médecin car vous pourriez avoir besoin d’une intervention chirurgicale" met-il enfin en garde.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X