Décès d’une femme dans une clinique dentaire française : que s’est-il passé ?

Publié le 03 Mai 2018 par Chloé Parisse, journaliste santé
Réanimée sur place après un arrêt cardiaque, une patiente âgée de 75 ans, qui subissait une intervention chirurgicale sous anesthésie dans un cabinet dentaire low cost, est décédée deux jours plus tard à l’hôpital le 26 mars 2018, selon les informations de Nice Matin.
Publicité

© Adobe StockLe 24 mars 2018, une patiente âgée de 75 ans, subissait une intervention chirurgicale sous anesthésie, quand elle a été victime d'un arrêt cardiaque. Réanimée sur place, elle est décédée deux jours plus tard à l’hôpital, le 26 mars 2018, rapporte Nice Matin. Une enquête vient d'être ouverte pour déterminer les causes de sa mort.

"Pour l’heure aucun lien de causalité n’est établi entre les soins dentaires et le décès"

Ce qui est arrivé à cette femme le 26 mars dernier demeure pour l'instant un mystère. Le centre dentaire dans lequel s'est rendue la patiente pour une parodontite terminale est Dental Access, situé rue des Serbes à Cannes, selon Nice Matin. Le parquet de Grasse a ouvert une enquête après avoir été contacté par L’Agence régionale de santé (ARS) a déclaré le 27 avril 2018 la procureure de Grasse, Fabienne Atzori, dans un communiqué. La brigade de recherches de la gendarmerie de Cannes a également été chargée de l'enquête selon le quotidien régional. "Pour l’heure aucun lien de causalité n’est établi entre les soins dentaires et le décès" a indiqué Me Sophie Jonquet, l’avocate de Dental Access, à Nice Matin. La famille de la victime a également été entendue par la procureur, le quotidien régional rapporte que trois des proches de la victime ont déposé plainte. "Les conditions de décès de cette dame méritent d'amples vérifications" explique Fabienne Atzori. L'enquête est ouverte pour "déterminer les causes de la mort et vérifier les conditions d'exercice de la profession de dentiste" rapporte Nice Matin.

Publicité
Publicité

"Faire cesser le harcèlement subi par les centres de santé dentaire"

Le 29 mars 2018, l’Ordre des chirurgiens-dentistes a saisi l’ARS, qui a ordonné le 6 avril 2018 une suspension provisoire des activités du centre dentaire low cost explique Dental Access dans un communiqué. Le centre se plaint de : "l'utilisation nauséabonde du décès de la patiente reliée à la pratique low cost de Dental Access", et souligne que ses centres de santé font "l'objet d'incessants contrôles administratifs de l'ARS, sur demande de l'Ordre des chirurgiens-dentistes, dont les résultats (...) ne mènent à aucune sanction ou interdiction". La présidente du cabinet, Lyssia Chanaï, demande dans un communiqué : "à l'ensemble des hautes autorités de santé" à "faire cesser le harcèlement subi par son centre et plus largement par les centres de santé dentaire, afin de laisser les praticiens exercer leur métier" rapporte Midi Libre. Dental Access affirme ne pas être en mesure de connaître les causes précises de la mort de la patiente pour le moment, souligne l'enquête de Nice Matin.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X