Ces deux médicaments associés pourraient prévenir le risque d’AVC

Publié le 18 Mai 2018 par Rédaction Medisite
Deux médicaments connus pour empêcher la formation de caillot de sang, lorsqu’ils sont pris ensemble, permettraient de limiter le nombre d’accident vasculaire cérébral (AVC) chez les personnes à risque.
Publicité

© Adobe StockComment prévenir les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ? Des chercheurs en neurologie et en médecine d’urgence de plusieurs universités américaines, dont l’université du Texas à Austin, révèlent que la combinaison de deux médicaments antiagrégants plaquettaires*, l’aspirine et le clopidogrel, pourrait diminuer le risque de survenue d’un AVC. Ils publient leur étude dans le New England Journal of Medicine.

Publicité

Moins d’AVC et de crise cardiaque avec la polythérapie

Les chercheurs ont travaillé avec 4881 patients répartis à travers 10 pays différents qui venaient de souffrir d’un AVC de faible intensité ou qui présentaient des risques d’accident ischémique transitoire (AIT), une obstruction transitoire d'une artère cérébrale par un caillot sanguin considéré comme un signe avant-coureur d’AVC. Pendant trois mois, les scientifiques ont attribué deux traitements différents à ces patients et ce de façon aléatoire : soit une dose de 600mg de clopidogrel le premier jour puis 75 mg par jour et entre 50 et 325 mg d’aspirine, soit la même gamme de dose d’aspirine combinée à un placebo. Résultat : des événements ischémiques majeurs tels que des AVC et des crises cardiaques sont survenus chez 121 des 2432 patients (soit 5%) recevant la polythérapie de clopidogrel et d’aspirine, contre 160 patients sur 2449 (6,5%) traités par aspirine et placebo. Néanmoins, la combinaison clopidogrel et aspirine était associée à un risque plus élevé de saignement majeur et d’hémorragie que l’aspirine prise seule.

Publicité

Des médicaments "facilement disponibles"

Ainsi, selon les résultats de ces chercheurs, pour 1000 patients, le clopidogrel associé à l’aspirine préviendrait 15 attaques cérébrales mais pourrait causer cinq cas d’hémorragie. "Nous avons constaté un réel avantage avec la polythérapie, mais ce traitement présente un risque", reconnaît le docteur Claiborne Johnston, co-auteur de l’étude, dans un communiqué du National Institute of Neurological Disorders and Stroke (NINDS). Malgré ce risque, combiner le clopidogrel et l’aspirine reste intéressant dans la prévention des AVC, d’autant plus que "ces médicaments sont facilement disponibles dans de nombreux hôpitaux et cliniques", souligne le docteur Walter Koroshetz, directeur du NINDS dans le communique de cet institut.

*Les médicaments antiagrégants plaquettaires empêchent les plaquettes sanguines de s’agglutiner et de former des caillots dans les vaisseaux sanguins.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X