Antibiotiques : des médicaments à éviter en cas de cancer

Publié le 03 Novembre 2017 à 17h35 par Aurélie Blaize, journaliste santé
Selon une étude publiée dans la revue Science, la prise d'antibiotiques pendant un traitement contre le cancer pourrait réduire son efficacité.

© Adobe StockLes antibiotiques ne doivent vraiment pas être automatiques, surtout chez les personnes soignées pour un cancer. D'après une étude publiée dans la revue Science par des chercheurs français, prendre ces médicaments peut perturber l'efficacité d'un traitement par immunothérapie. Or, les scientifiques soulignent qu'environ 20% des malades du cancer sont sous antibiothérapie. "Nos travaux expliquent en partie pourquoi certains patients ne répondent pas (au traitement par immunothérapie, ndlr). La prise d’antibiotiques a un impact négatif sur la survie des malades sous immunothérapies" ont déclaré le Dr Bertrand Routy, médecin hématologue à l’origine de ces travaux et sa directrice, le Pr Laurence Zitvogel, directrice du laboratoire "Immunologie des tumeurs et immunothérapie" (Inserm/Université Paris-Sud/Gustave Roussy).

Les antibiotiques déséquilbrent le microbiote intestinal

D'après leurs résultats établis sur 249 patients traités par immunothérapie pour un cancer avancée du poumon, du rein ou de la vessie, la prise d'antibiotiques déséquilibrerait le microbiote intestinal (aussi appelé "flore intestinale"), même si elle s'effectue deux mois avant le traitement et jusqu'à un mois après. Elle pourrait ainsi impacter la survie du malade sur ces trois cancers. Pour prouver un lien direct de cause à effet entre la composition du microbiote intestinal et l’efficacité de l’immunothérapie, un microbiote favorable (provenant de patients ayant démontré une bonne réponse clinique à l’immunothérapie) et un microbiote défavorable (provenant de patients en échec) ont été transférés à des souris qui en étaient dépourvues. Les souris transplantées avec le microbiote favorable présentaient une évolution favorable lorsqu’elles étaient traitées par immunothérapie contrairement à celle comportant le microbiote défavorable. En modifiant le microbiote de la souris, l’efficacité de l’immunothérapie a été rétablie grâce à l’activation de certaines cellules du système immunitaire. Les résultats d’une équipe américainepubliés en même temps dans la même revue ont aussi démontré que la composition du microbiote de patients atteints d’un mélanome métastatique permet de prédire leur réponse à une immunothérapie.

Vidéo. Qu'est-ce qu'un antibiotique ?

Vidéo : Les antibiotiques

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X