Allergie alimentaire : Traiter la nourriture plutôt que le patient

Publicité

Des chercheurs américains viennent de modifier la structure protéinée de noix de cajou. Le but ? Les rendre moins dangereuses pour les personnes y étant allergiques.

Publicité

Grignoter quelques noix de cajou à l’apéritif quand on est allergique, impensable ? Et bien non ! Lors de la réunion annuelle de l’American Chemical Society, des chercheurs du Southern Regional Research Center, basé à la Nouvelle Orléans (USA), ont révélé avoir créé des noix non-allergènes.

Modifier la structure des protéines pour limiter l'allergie

Publicité
Pour cela, ils ont transformé la structure de protéines présentes dans les noix de cajou. En se liant aux immunoglobulines IgE, elles sont à l’origine de réactions immunitaires entraînant des réactions allergiques. La modification de leur structure réduit la capacité des IgE à reconnaître ces protéines. La réaction allergique est alors moindre.

De précédentes recherches dans ce domaine avait nécessité l’utilisation de composé chimique agressif. Mais cette fois-ci, les scientifiques se sont servis de substances autorisées par la US Food and Drug Administration, notamment le sulfite de sodium. "Nous avons découvert que le sulfite de sodium peut effectivement modifier la structure des allergènes des noix de cajou", a déclaré Chris Mattison, l’un des biologistes ayant participé aux travaux.

Cette approche constitue une innovation en matière d’allergie alimentaire. En effet pour la première fois, il n’est pas question de chercher à traiter la conséquence, mais bien de s’attaquer à la cause. "Pour le moment, la seule manière de prévenir une réaction allergique aux noix est d’éviter totalement cet aliment, a ajouté le biologiste. Nous ne cherchons pas à soigner le patient, mais à changer la nourriture." Les chercheurs espèrent maintenant généraliser cette méthode à tous les types de noix et aux cacahuètes.

Mieux comprendre les allergies :

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité