Confinement en couple : comment ne pas s'entretuer ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteEn Chine, le coronavirus a eu des conséquences pour le moins inattendues : une explosion des demandes de divorces. Rester confiné serait une véritable épreuve pour le couple, mais aussi sur pour la famille au sens large. Comment protéger votre amour pendant cette quarantaine qui tend à s’éterniser ? Quels conseils pour mieux vivre en promiscuité ? Sébastien Garnero, psychologue et sexologue, nous donne quelques pistes pour ne pas s’entretuer !

C’est un défi lancé à la nation et probablement à votre couple. Pour lutter contre le coronavirus, le confinement a été imposé aux Français le 16 mars 2020 par Emmanuel Macron. Pour 15 jours minimum, les citoyens sont donc appelés à rester à la maison et restreindre toute sortie non indispensable.

Si cette mesure, essentielle pour sauver des vies, semble simple, elle s’avère une véritable épreuve pour le couple. En Chine, la quarantaine, qui a débuté plusieurs semaines avant la France, aura signé la fin de nombreuses histoires d’amour. Depuis l’issue du confinement, la population chinoise doit désormais gérer une épidémie de divorces, rapporte le quotidien Chinois Global Times. Les bureaux d’enregistrement des divorces notifient une hausse des demandes !

Dans ce contexte, en France, les doutes nous effleurent aussi : le confinement aura-t-il raison de mon couple ? Comment mieux vivre la promiscuité ? Comment parvenir à supporter mon conjoint et les autres membres de ma famille pendant ce huis clos ? Échange avec Sébastien Garnero, psychologue, psychothérapeute et sexologue chargé d'enseignement à l'Université Paris 5.

Confinement : pourquoi les demandes de divorces explosent en Chine ?

Selon Sébastien Garnero, les raisons sont multiples. "Elles sont à la fois conjoncturelles : je fais référence à la fermeture des services administratifs [les couples qui souhaitaient divorcer avant le confinement ont été obligés d’attendre la fin de la quarantaine pour lancer la procédure, ndlr]. Et je cite aussi les facteurs directement liés à la période de confinement. Relativement longue, elle n’a fait qu’exacerber chez bon nombre de couples certaines tensions, conflits sous-jacents qui existaient déjà".

"Le confinement dû l’épidémie du Covid-19 a donc été un révélateur, un accélérateur, un amplificateur des discordes des couples les plus fragiles, les moins compatibles, et peut être des moins résilients".

On peut toutefois pondérer cette explosion des divorces en Chine et prendre du recul, estime le psychologue. "Certains Chinois ont agi de façon impulsive au retour d’une période de confinement extrêmement stricte [fermeture des transports en commun, aucune sortie même pour les courses, ndlr] par rapport à la situation française du début. Par ailleurs tous ne sont pas allé jusqu’au bout de la procédure de divorce, certains se sont remariés. Donc restons optimistes tout de même".

Doit-on s’attendre à une vague de divorces en France ?

Le confinement, qui prend des apparences de huis clos amoureux, n’est pas sans conséquence sur les couples, et ce, même s’il est moins strict en France qu’en Chine pour le moment. "De nombreuses études montrent l’impact psychologique et psychosomatique important, tant sur le plan individuel, que sur le couple et sur la famille (Meta-analyse, 24 études, Lancet), rapporte Sébastien Garnero. Les contacts sociaux sont extrêmement réduits pendant le confinement. Et l’isolement peut avoir des effets délétères sur le moral".

"En effet, l’humain est avant tout un être social : il s’épanouit au travers des interactions, et d’un sentiment de liberté. La limite ou l’absence de contacts sociaux entraînent des difficultés psychiques relativement fréquentes : irritabilité, anxiété, repli sur soi et isolement, fluctuation de l’humeur, dépression, ruminations, obsessions, phobies, réaction de panique... Heureusement la plupart des personnes s’en sortent plutôt assez bien".

La promiscuité risque de créer des tensions au sein du couple et avec les enfants

Rester confiné au domicile n’a donc rien de naturel pour l’humain. De nombreux besoins seront alors mis à mal dans ces circonstances. "La promiscuité, associée à la restriction de liberté 24h/24, au huis-clos durant une période relativement importante, risque de créer quelques tensions interindividuelles dans le couple, et aussi avec les enfants", poursuit le clinicien.

Certains couples vivront ce confinement comme une épreuve initiatique, une rupture avec un monde qui va trop vite, une parenthèse hors du temps. Selon Sébastien Garnero, cette situation peut aussi mener vers une ouverture vers l’imaginaire ou la créativité. "Ces couples en sortirons plus soudés, plus forts dans leur complicité et leur engagement". Or d’autres couples, plus fragiles, moins compatibles vivront cette phase comme un double enfermement : un confinement au sens propre du terme du fait de l’épidémie, mais aussi au sein de la relation.

"Certains ne supportent pas cette promiscuité et vivent la présence permanente de leur partenaire comme trop intrusive", décrit le spécialiste.

"Pour les couples avec enfants, le confinement sera finalement aussi révélateur des fragilités du système familial, soulève Sébastien Garnero. Pourtant, cet isolement est l’un des derniers recours pour éviter la propagation trop rapide d’une épidémie telle que le Covid-19. Tout l’enjeu de cette période sera de conserver un certain équilibre, un rythme de vie et une forme de sécurité psychoaffective". Découvrez les conseils du psychologue dans notre diaporama. À mettre en application dès aujourd’hui !

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Sébastien Garnero, psychologue et sexologue

Chinese city experiencing a divorce peak as a repercussion of COVID-19, Global Times, 7 mars 2020