Couple : les signes qu'il va bientôt vous quitter
Sommaire

Les principales causes de séparation

Les principales causes de séparation© Istock

Sébastien Garnero note trois causes majeures responsable des divorces. Il évoque un surinvestissement dans une "cause" étrangère au couple, ce qui va conduire à négliger les piliers fondamentaux de la relation à deux, à savoir la communication, l’intimité, la sexualité et l’engagement. "Ces piliers sont indispensables", indique le spécialiste.

En outre, il mentionne les évènements négatifs (chômage, maladie, problèmes financiers), qui peuvent entraver le bonheur conjugal. Et par-dessus tout, on note le passage à la cinquantaine, un cap déterminant. Et contrairement aux "nouveaux facteurs" énoncés partie précédente, ceux-ci ont toujours exister et constituent les principales causes des ruptures.

Un surinvestissement dans le travail ou la fonction parentale

"Ce sont des causes que je retrouve régulièrement dans mes consultations, partage Sébastien Garnero. On le voit fréquemment : lorsque deux personnes se marient et s’installent ensemble, un des deux (voire les deux) va finir par se dévouer corps et âme à sa carrière. Ce surinvestissement va avoir des conséquences sur la communication, la connexion du couple et la vie sexuelle". En effet, la charge mentale liée au travail et le stress vont profondément entraver la quiétude du couple et assombrir son avenir.

"Je retrouve le même phénomène avec certains couples qui décident d’avoir des enfants, poursuit le psychothérapeute. Un surinvestissement de la fonction parentale peut être fatal pour un couple. Une personne, voire les deux, a parfois des grandes difficultés à concilier relation amoureuse et rôle de parents. Phénomène qu’on retrouve principalement chez les jeunes parents, encore dépassés et en manque d’expérience en matière de parentalité".

Un évènement négatif peut aussi détruire un couple

Si le surinvestissement dans le travail affecte la relation de couple, au contraire, ne pas avoir d’emploi peut tout autant nuire à votre relation. "La précarité sociale engendrée par le chômage va aussi jouer son rôle dans la destruction du couple, détaille Sébastien Garnero. Les évènements péjoratifs et contrariant mettent les relations en danger".

C’est d’ailleurs le constat d’une étude parue en 2015, menée par Anne Solaz, chercheuse à l’Institut national d’étude démographique (INED) "Le chômage accroît le risque de rupture conjugale", clamait-elle au micro de l’AFP. en 2015. Les conséquences sur les unions seront encore plus sévères si c’est l’homme qui est touché. Car il est encore souvent étiqueté comme le pourvoyeur de ressources. "C’est alors tout son statut social qui est remis en question", notait Didier Demazière, sociologue, directeur de recherche au CNRS.

Le passage à la cinquantaine : un carrefour existentiel

La cinquantaine est une étape cruciale dans la vie de couple. "Si le couple a eu des enfants, c’est souvent le moment où ils quittent la maison pour faire leurs études. C’est un cap à passer, décrit Sébastien Garnero. Certains peuvent mal le vivre. On parle du syndrome du nid vide". Environ 35 % des parents souffrent du départ de leurs enfants et le couple en pâtit aussi. "Les parents se retrouvent seuls et ne savent plus comment vivre à deux, poursuit le spécialiste. Il va falloir trouver de nouveaux repères et renouer avec des activités en duo, car les enfants ne remplissent plus le quotidien". Pour de nombreux couples, ce passage est difficile à gérer.

Le psychothérapeute évoque aussi la crise de la cinquantaine, parmi les causes de séparation. "On a réussi sa carrière, con couple, sa famille…bref sa vie. L’ennui va s’installer et l’individu peut avoir besoin de renouveau", estime Sébastien Garnero. Ce dernier évoque ainsi le syndrome du démon de midi : "à l’approche de la cinquantaine, beaucoup d’hommes et de femmes s’ennuient à la maison et trouvent leur existence trop routinière. A ce moment où l’homme repense à sa jeunesse avec nostalgie et regrette de ne plus être ‘dans le coup’. Il peut être attiré par une femme plus jeune". Phénomène qui concerne de plus en plus de femmes.

Autre phénomène plus tardif, mais tout aussi décisif : le passage à la retraite. "Le travail maintenait une certaine vie sociale. Chacun évoluait indépendamment de l’autre. Au moment de la retraite, il est fréquent que les individus se savent plus s’occuper ni comment vivre ensemble. Il y a là une nécessité de partir sur de nouvelles bases et cela peut être très compliqué pour le couple", détaille encore le psychothérapeute.

Comment les couples heureux tiennent ?

"Les couples heureux et durables seront ceux qui, justement, peuvent dépasser ces différentes crises et évolutions tout au long de la vie, malgré les aléas, en maintenant les différents piliers de la relation (communication, complicité, intimité, sexualité, engagement...), ajoute Sébastien Garnero.

Il s'agit de garder un juste équilibre entre besoins individuels d’autonomie, et en entretenant les liens amoureux tout en partageant des valeurs et des projets communs.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Sébastien Garnero, DR Psychologie, Psychothérapeute, Hypnothérapeute, Sexologue clinicien

Il faut qu’on parle, Caroline Kruse (éd. Du Rocher), à paraître le 6 novembre 2019

Espérance de vie - Mortalité, Insee, 26 mars 2019

La rédaction vous recommande sur Amazon :