Les troubles du sommeil sont plus fréquents chez les personnes de plus de 60 ans IllustrationIstock
Sommaire

L’insomnie compte parmi les symptômes les plus courants qui poussent un senior à consulter un médecin. Selon l’Inserm, l’Institut National en santé et en recherche médicale, indique qu’environ 20% de la population française présente des troubles du sommeil. Et ce chiffre augmente avec l’âge. Le Dr Patrick Lemoine, psychiatre, spécialiste du sommeil et auteur du livre « A quoi servent les symptômes » chez Odile Jacob édition, nous explique pourquoi et comment y faire face.

Le sommeil est un pilier de notre santé. Il contribue au bon fonctionnement de notre organisme. " C’est pendant le sommeil que nous améliorons notre métabolisme, que nos cellules se régénèrent, que notre système immunitaire se restaure et se développe ", explique le Dr Isabelle Arnulf, chercheuse, neurologue et directrice de l’unité des pathologies du sommeil à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière dans un article de l’Université Paris Sorbonne.

" Les troubles du sommeil dégradent notre santé physique et mentale "

La neurologue explique également que le sommeil permet au cerveau de faire le tri dans nos souvenirs et le vécu de notre journée et ainsi d’améliorer nos apprentissages. Au niveau cognitif, le sommeil nous permet entre autres de consolider nos souvenirs pertinents en conservant l’information importante et en " oubliant " les autres. Il est gage d’un bon apprentissage.

Mais alors que se passe-t-il quand celui-ci dysfonctionne ? De nombreuses études décrivent l’impact négatif à long terme d’un mauvais sommeil, tant sur le plan physique que psychique. L’insomnie dégrade la qualité de vie, aggrave les pathologies chroniques et augmente le risque d’accident en lien avec une baisse de vigilance.

Une étude publiée dans la revue Science, émet l’hypothèse que la baisse de qualité du sommeil chez les seniors serait liée à un dysfonctionnement des circuits neuronaux. Certains neurotransmetteurs seraient plus actifs pendant le sommeil, ce qui augmenterait les risques d'éveils brefs et rendrait le sommeil plus fragmenté.

" Les insomniaques ont une fonction de sentinelle de nuit "

Pour le Dr Pactrick Lemoine, l’insomnie n’est pas un problème, mais le symptôme d’une difficulté qu'il convient d'identifier. Il prend l’exemple d’une tribu en Tanzanie. " Les personnes âgées de ce village qui présentent des troubles du sommeil ne le vivent pas comme un trouble. Ils expliquent au contraire avoir une fonction de sentinelle de nuit, pour éviter les attaques d’animaux sauvages ". Ils sont les gardiens de l’obscurité.

Le psychiatre explique qu’en médecine chinoise, c’est une aberration de traiter les insomnies avec des somnifères. Pour cette thérapie traditionnelle, il y a une raison à un sommeil perturbé. Il est nécessaire de traiter la cause pour retrouver un rythme de repos adéquat.

L’aspect physiologique joue aussi un rôle dans les nuits perturbées. Le sommeil vieillit, nos horloges déclinent aussi. " La calcification de la glande pinéale, diminue la sécrétion de mélatonine. Tout concourt au fait que l’on dorme moins bien en vieillissant ", explique le médecin spécialiste du sommeil et expert en neurosciences.

" Pour faire dormir une personne âgée il faut le tenir éveillée la journée en l'occupant, la stimulant, plutôt qu’en l'assommant le soir "

Le rythme est le moteur de notre sommeil. Et en vieillissant, on a tendance à perdre ce tempo. Alors oui, rester au lit trop longtemps est une mauvaise habitude. " Il est important de se réveiller tous les jours à la même heure ", indique-t-il.

En plus de la grasse matinée, un autre ennemi est à bannir : la sédentarité. Il faut bouger et faire des activités pour améliorer sa qualité du sommeil. " Pour passer une bonne nuit il faut passer une journée stimulante. Le soleil nous éveille, les stimuli sociaux aussi. Appareiller quelqu’un qui n’entend pas c’est aussi traiter l’insomnie ", raconte le Dr Patrick Lemoine.

Pour garantir la venue du marchand de sable, les plantes sont aussi efficaces. La valériane est connue pour ses vertus d’endormissement. Néanmoins il est préférable d’éviter de la consommer sous forme de tisane pour son aspect diurétique.

La melatonime, plus connue sous le nom d’hormone de la nuit, peut aussi être prescrit en complément des conseils qui précèdent. Elle n’est néanmoins pas remboursée par la sécurité sociale.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.