Sommaire

Sensation de chaleur, picotements et frissons qui irradient à la surface de la peau. L'ASMR, pour Autonomous Sensory Meridian Response en anglais, soit réponse autonome sensorielle extrême en français, a été nommé pour la première fois par l'Américaine Jennifer Allen en 2010.

Le terme définit cette sensation de picotement déclenchée par divers stimuli comme il définit cette méthode de relaxation, par le son et l'image, qui a conquis Internet ces dix dernières années.

Explications : face caméra, les yeux plongés dans les yeux de leurs spectateurs, les artistes ASMR parlent doucement, chuchotent, tapotent divers objets, brossent des cheveux, se frottent les mains, effectuent des gestes lents et délicats avec leurs mains, appliquent des crèmes ou du maquillage, jouent avec leur langue, caressent un tissu ou même mastiquent de la nourriture.

"Ces petits bruits, nous ramènent à l'enfance et nous font du bien"

Ces bruits et gestes sont effectués lors de roleplay ou réalisés sans aucune mise en scène. L'ensemble de ces éléments audiovisuels constituent des déclencheurs ASMR concentrés dans des vidéos ASMR disponibles sur les chaînes YouTube des artistes. Sur la plateforme de partage de vidéo, ASMR a été la troisième requête à l'échelle mondiale en 2020 preuve de la popularité de la pratique. Les réactions peuvent varier d'un individu à l'autre, mais beaucoup décrivent ce fourmillement agréable qui se répand du haut du crâne et se propage le long du corps, en passant par la nuque et le dos.

"Ces petits bruits, nous ramènent à l'enfance et nous font du bien, comme casser la croûte d'une crème brûlée ou percer les bulles du papier-bulle. Les artistes ASMR condensent un maximum de ces bruits en vidéo dans le but de provoquer cette réaction du système nerveux autonome, qu'on ne peut pas contrôler, explique Pierre Lemarquis, neurologue qui s'intéresse de très près à l'ASMR et auteur de 'L'Art qui guérit' (éd. Hazan). Frissons dans le cou, dans le dos... le lien est évident entre l'ASMR et l'effet la musique sur notre cerveau, poursuit-il. Il s'agit d'une stimulation directe du système du plaisir et de la récompense, cette partie du cerveau qui nous donne envie d'être en vie".

Nombre d'amateurs d'ASMR visionnent ces vidéos le soir avant de s'endormir.

"C'est ce que je conseille à mes patients qui sont familiers d'Internet et qui ont du mal à trouver le sommeil. L'ASMR, c'est bien mieux que des médicaments qui vous vont faire dormir sans soigner la cause", juge Pierre Lemarquis.

Effectivement, il suffit de jeter un œil aux nombreux commentaires laissés sous les vidéos ASMR pour se rendre compte qu'elles accompagnent vers le sommeil et aident les amateurs à s'endormir.

Selon la première véritable étude sur le sujet, publiée en 2015 par les chercheurs britanniques Emma L. Barratt et Nick J. Davis, 82 % des personnes qui visionnaient des vidéos ASMR affirmaient que cela les aidait à s'endormir – 81 % d'entre eux rapportaient que leur moment favori pour visionner (ou écouter seulement) de l'ASMR était juste avant de dormir. Autres enseignements de cette étude, 70 % des sondés affirmaient que l'ASMR leur permettait de diminuer leur stress. Pour 98 % des personnes interrogées, l'ASMR constituait une technique de relaxation.

Sommeil : comment réduire votre rythme cardiaque avec l'ASMR

"L'ASMR inonde notre cerveau de substances chimiques très agréables comme la dopamine, qui nous sert pour l'élan vital et l'endorphine, comme avec la musique. Grâce à l'endorphine, on dort mieux, on a moins mal, on est moins anxieux. C'est le côté thérapeutique de l'ASMR", précise le neurologue.

Quand on regarde une vidéo ASMR, "on laisse nos soucis de côté"

L'endorphine peut également être à l'origine d'un état de somnolence chez certaines personnes. "L'ASMR fonctionne également grâce à l'action des neurones miroirs qui réagissent comme si on était en train de faire le geste qui est fait devant nous. C'est la base de l'apprentissage, mais ce sont aussi ces neurones qui nous permettent de ressentir les mouvements faits par les autres et les artistes ASMR en l'occurrence et les sensations agréables que ces mouvements induisent", poursuit-il. Par ailleurs, une étude publiée en 2018 sous la direction de Giulia Poerio, chercheuse britannique en psychologie, montre que l'ASMR réduit le rythme cardiaque, ce qui permet de trouver le sommeil plus facilement.

"Toutefois, les seules explications scientifiques ne suffisent pas, avance Pierre Lemarquis. Quand on regarde une vidéo ASMR, on n'est pas ailleurs et tous les soucis qu'on peut avoir, les problèmes qu'on a rencontrés dans la journée, on les laisse de côté, on les oublie. Avec l'ASMR, on est pris dans un flux, on est juste dans le moment présent".

Sommes-nous tous sensibles à l'ASMR ?

Les artistes ASMR emmènent leur public dans un cocon, un havre de paix, sécurisant, bienveillant. Ils multiplient les attentions personnelles et dorlotent leurs spectateurs. "Il y a un côté régressif. On cherche des attentions dans la personne qui nous regarde, on est touché, on écoute, c'est véritablement délicieux", juge le neurologue. Pour toutes ces raisons l'ASMR est une bonne technique pour trouver le sommeil.

Cette technique ne peut pas fonctionner sur les esprits trop cartésiens

Toutefois, elle ne sera malheureusement d'aucune aide pour de nombreuses personnes. En effet, l'ASMR peut n'avoir aucun effet et au contraire agacer ceux qui n'y sont pas sensibles, avec ses chuchotements, bruits de bouche et gestuelles étranges. Et la science n'a toujours pas identifié pourquoi un individu sera sensible ou non à l'ASMR. Toutefois, Pierre Lemarquis avance des éléments de réponse.

"Les gens qui y sont sensibles sont sensibles à la suggestion. Il pourrait être aussi de bons candidats pour être hypnotisés. Cette technique ne peut pas fonctionner sur les esprits trop cartésiens qui vont se bloquer. Les personnes sensibles à l'ASMR font davantage fonctionner leur imagination". Ainsi, les personnes sensibles à l'ASMR seront, en principe, capables de ressentir le bien-être induit par un massage ou un brossage de cheveux qu'ils visionnent.

La révolution internet

"De nombreuses personnes déclarent avoir ressenti l'ASMR depuis l'enfance, mais supposent généralement que l'ASMR est soit une expérience universelle, soit une expérience qui leur est propre. Au cours de la dernière décennie, Internet et les réseaux sociaux ont permis aux amateurs d'ASMR de comprendre cette sensation", écrivent les chercheurs de l'université de Sussex.

Ainsi, grâce à Internet, ceux qui ressentent l'ASMR savent désormais où et comment se procurer cette sensation de bien-être, qu'ils expérimentent depuis l'enfance sans comprendre toujours quand ni pourquoi elle se déclenche. Les déclencheurs les plus communs sont désormais connus et les artistes ASMR les exploitent pour plaire au plus grand nombre. Désormais, les internautes sont devenus experts et savent quel.le.s artistes et quels déclencheurs sauront les relaxer. Et les endormir.

Sources

Interview with Jennifer Allen, the woman who coined the term, ‘Autonomous Sensory Meridian Response’ (ASMR), ASMR University, mai 2016

Autonomous Sensory Meridian Response (ASMR): a flow-like mental state, 2015

More than a feeling: Autonomous sensory meridian response (ASMR) is characterized by reliable changes in affect and physiology, 2018

Merci au Dr Pierre Lemarquis, neurologue 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.