Sommaire

Sensation de chaleur, picotements et frissons qui irradient à la surface de la peau. L'ASMR, pour Autonomous Sensory Meridian Response en anglais, soit réponse autonome sensorielle extrême en français, a été nommé pour la première fois par l'Américaine Jennifer Allen en 2010.

Le terme définit cette sensation de picotement déclenchée par divers stimuli comme il définit cette méthode de relaxation, par le son et l'image, qui a conquis Internet ces dix dernières années. Explications : face caméra, les yeux plongés dans les yeux de leurs spectateurs, les artistes ASMR parlent doucement, chuchotent, tapotent divers objets, brossent des cheveux, se frottent les mains, effectuent des gestes lents et délicats avec leurs mains, appliquent des crèmes ou du maquillage, jouent avec leur langue, caressent un tissu ou même mastiquent de la nourriture.

"Ces petits bruits, nous ramènent à l'enfance et nous font du bien"

Ces bruits et gestes sont effectués lors de roleplay ou réalisés sans aucune mise en scène. L'ensemble de ces éléments audiovisuels constituent des déclencheurs ASMR concentrés dans des vidéos ASMR disponibles sur les chaînes YouTube des artistes. Sur la plateforme de partage de vidéo, ASMR a été la troisième requête à l'échelle mondiale en 2020 preuve de la popularité de la pratique. Les réactions peuvent varier d'un individu à l'autre, mais beaucoup décrivent ce fourmillement agréable qui se répand du haut du crâne et se propage le long du corps, en passant par la nuque et le dos.

"Ces petits bruits, nous ramènent à l'enfance et nous font du bien, comme casser la croûte d'une crème brûlée ou percer les bulles du papier-bulle. Les artistes ASMR condensent un maximum de ces bruits en vidéo dans le but de provoquer cette réaction du système nerveux autonome, qu'on ne peut pas contrôler, explique Pierre Lemarquis, neurologue qui s'intéresse de très près à l'ASMR et auteur de 'L'Art qui guérit' (éd. Hazan). Frissons dans le cou, dans le dos... le lien est évident entre l'ASMR et l'effet la musique sur notre cerveau, poursuit-il. Il s'agit d'une stimulation directe du système du plaisir et de la récompense, cette partie du cerveau qui nous donne envie d'être en vie".

Nombre d'amateurs d'ASMR visionnent ces vidéos le soir avant de s'endormir.

"C'est ce que je conseille à mes patients qui sont familiers d'Internet et qui ont du mal à trouver le sommeil. L'ASMR, c'est bien mieux que des médicaments qui vous vont faire dormir sans soigner la cause", juge Pierre Lemarquis.

Effectivement, il suffit de jeter un œil aux nombreux commentaires laissés sous les vidéos ASMR pour se rendre compte qu'elles accompagnent vers le sommeil et aident les amateurs à s'endormir.

Selon la première véritable étude sur le sujet, publiée en 2015 par les chercheurs britanniques Emma L. Barratt et Nick J. Davis, 82 % des personnes qui visionnaient des vidéos ASMR affirmaient que cela les aidait à s'endormir – 81 % d'entre eux rapportaient que leur moment favori pour visionner (ou écouter seulement) de l'ASMR était juste avant de dormir. Autres enseignements de cette étude, 70 % des sondés affirmaient que l'ASMR leur permettait de diminuer leur stress. Pour 98 % des personnes interrogées, l'ASMR constituait une technique de relaxation.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.