Les 11 choses etranges que l-on fait en dormant

On maigrit en dormant

1/12
On maigrit en dormant

Le sommeil a de nombreuses vertus sur le plan métabolique, et parmi elles, l’important rôle de réguler notre poids. A contrario, en dormant mal, notre IMC a de grands risques de s’élever.

Pourquoi ? "Le sommeil régule nos sécrétions hormonales, notamment deux hormones : la ghréline (qui stimule notre appétit) et la leptine (qui provoque notre sentiment de satiété), qui jouent un grand rôle dans notre appétit", expose le Dr Jérôme Lefrançois, médecin généraliste et spécialiste du sommeil. Mal sécrétées à cause d’un mauvais sommeil, elles peuvent empêcher le sentiment de satiété.

Comment se déroule le sommeil ? Il est composé de plusieurs cycles (en moyenne 5), eux-mêmes composés de plusieurs phases : 
- L’endormissement
- Le sommeil lent-léger
- Le sommeil lent-profond
- Le sommeil paradoxal

D’une durée de 20 à 25 minutes chacune, les deux dernières phases sont particulièrement importantes pour la santé physique et psychologique. Ne pas les respecter (se coucher trop tard par rapport aux besoins de son horloge biologique, mal dormir...) peut nous conduire à de sérieux troubles de santé.

On peut avoir des gestes sexuels en dormant

2/12
On peut avoir des gestes sexuels en dormant

Erectionexcitation sexuelle et même orgasmes : en phase paradoxale, notre sommeil peut être jalonné de rêves et de gestes à caractères sexuels. Dans de rares cas, il peut même conduire le sujet à des violences sexuelles physiques inconscientes.

Comment ? "Ces états résultent de la stimulation de certaines structures du cerveau végétatif", explique le Dr Lefrançois. Certaines parties du cerveau ne sont pas synchrones et peuvent expliquer les gestes sexuels (comme des contractions périnéales incontrôlables) ou les comportements violents. "C’est de la neurophysiologie pure et n’a rien à voir avec un fantasme", soutient le Dr Lefrançois. "Lorsque le cerveau fonctionne dans l"inconscient, il échappe au rationnel". Il ne s"agit habituellement donc pas la de comportements révélateurs de personnalités dangereuses, mais du fonctionnement apparemment illogique de notre cerveau.

On se muscle en dormant

3/12
On se muscle en dormant

Nous horloge biologique nous programme tous à une heure de coucher différente. Pour certains, ça peut être 22h20, pour d’autres 23h30... Il est important de bien la respecter car elle entraîne le sujet dans le premier cycle de sommeil qui est le plus important. "Evincé, ce cylcle ne se rattrape que partiellement", précise le Dr Lefrançois. Il nous permet entre autre de sécréter l’hormone de croissance, qui nous aide à conserver la qualité de nos muscles et à vieillir moins vite.

Pourquoi ? L’hormone de croissance favorise toutes les synthèses (le processus de fabrication), en particulier celle des protéines, qui assure la qualité des muscles et des os et permet de stimuler le métabolisme.

On réduit ses risques de diabète en dormant

4/12
On réduit ses risques de diabète en dormant

"Bien dormir aide également à réguler la glycémie (le taux de sucre dans le sang) et donc réduit les risques d’apparition du diabète", précise Jérôme Lefrançois.

Pourquoi ? Le sommeil régule la sécrétion de l’insuline, l’hormone qui permet aux cellules de capter le sucre qui circule dans le sang et de la transformer en énergie ou le stocker. 
Or, le diabète de type 1 correspond à une sécrétion d"insuline insuffisante et/ou inefficace ce qui augmente le taux de glycémie dans le sang et peut aller jusqu"à l"hyperglycémie.

On peut marcher en dormant

5/12
On peut marcher en dormant

Le sommeil peut également être une période de troubles inconscients, bien plus rares mais non moins étranges. En phase de sommeil lent-profond, le sujet peut vivre un phénomène bien connu, surtout chez les enfants : le somnambulisme, au cours duquel il peut se lever, parler et agir alors que son cerveau est profondément endormi.

Comment apparaît le somnambulisme ? Le cerveau détient ce qui s’apparente à une série de logiciels : sensitifs, émotionnels, moteurs...qui ne sont pas tous endormis au même moment. En cas de somnambulisme, le logiciel moteur est en éveil, alors que le logiciel relationnel dort.

On peut parler en dormant

6/12
On peut parler en dormant


En cas de somniloquie, le sujet parle tout en dormant. Il n’est donc pas conscient et ne se souvient de rien au réveil. C’est un phénomène inoffensif qui arrive souvent dès l’enfance. "Le seul risque c’est la crise de couple si jamais le mauvais prénom venait à être cité !", plaisante le Dr Lefrançois.

Comment apparaît la somniloquie ? C’est une parasomnie, un trouble du sommeil, qui apparaît au moment du sommeil lent-léger, voire paradoxal. Il s’agit d’une dysfonction entre différents logiciels du cerveau.

On peut croire qu"on est réveillé

7/12
On peut croire qu"on est réveillé

Pendant la phase d’endormissement, le sujet peut vivre une forme d’hallucination (hallucination hypnagogique) : il ressent quelque chose qui n’existe pas (voir une forme, entendre un bruit, avoir l’impression de bouger...). Cet état est également possible au réveil (hallucination hypnopompique), bien que le phénomène soit plus rare.

Comment ? Le corps est paralysé au niveau physique car le sujet a commencé son cycle de sommeil, et pourtant il a l’impression de vivre réellement certaines choses. " S"ils restent rares, tous ces phénomènes inhabituels sont banals. Ils pourraient avoir une signification pathologique, organique, par leur fréquence élevée, et/ou par leur intensité; dans ces cas, parlez-en à votre médecin", conseille Jérôme Lefrançois.

On renouvelle notre énergie en dormant

8/12
On renouvelle notre énergie en dormant

La phase lente-profonde d’un cycle du sommeil correspond à la récupération physique du corps. Sans cette phase, nous ne renouvelons pas notre énergie.

Pourquoi ? Pendant le sommeil, nous sommes programmés à des mécanismes chimiques et hormonaux qui diminuent notre dépense énergétique : "Notre métabolisme de base est freiné : le cœur ralentit, la respiration et la tension artérielle diminuent", explique le Dr Lefrançois. En contribuant au repos de tous les organes, cette phase induit notre récupération physique et psychique.

Nb : Le sommeil permet également de réguler le système nerveux végétatif qui gère les situations de stress. En plus de booster l’énergie, bien dormir peut donc également permettre de lutter contre le stress, l’hypertension et les complications cardiaques.

On grandit en dormant

9/12
On grandit en dormant

"Actuellement, 80 à 100% des personnes accumulent des déficits de sommeil, le plus souvent au dépend du premier cycle, au cours duquel est sécrété l"hormone de croissance" assure le Dr Lefrançois. Cette hormone sert notamment à grandir pendant l’enfance et l’adolescence. 

On mémorise en dormant

10/12
On mémorise en dormant

Lorsqu’on gère mal son sommeil, en particulier après 50 ans, la mémoire peut faire défaut. "Dans les pays occidentaux, nous accumulons en moyenne 1h à 1h20 de déficit de sommeil", indique le Dr Lefrançois. Les conséquences pour les capacités cérébrales sont parfois très mauvaises. "Cela est en partie dû à notre mode de vie constamment lié aux écrans : le soir, leur lumière empêche l’endormissement. La journée, le zapping empêche notre cerveau de se concentrer correctement."

Comment le cerveau mémorise ? Chaque nuit, le cerveau enregistre les apprentissages et informations récents dans la mémoire à court terme. Il en rejette aussi (afin d"éviter l"encombrement), qui seront donc définitivement perdus. De plus, il classe, regroupe les nouvelles informations ainsi que celles qui sont déjà stockées, voire les transforme à la lumière des évènements récents (les plus marquants émotionnellement).

Nb : "Si les adolescents dormaient une heure de plus, ils gagneraient 15 points de quotient intellectuel supplémentaire", affirme le spécialiste.

On booste ses défenses immunitaires en dormant

11/12
On booste ses défenses immunitaires en dormant

Pendant la nuit, le corps se refait une santé en soignant ses défenses immunitaires. Les individus qui ont un premier cycle de sommeil de mauvaise qualité sont donc plus vulnérables face aux microbes", assure Jérôme Lefrançois.

Pourquoi ? Quand la lumière diminue, le cerveau sécrète une hormone, la mélatonine, qui fait entrer le corps en phase de sommeil. Elle déclenche également les mécanismes hormonaux qui favorisent la bonne marche des défenses immunitaires. "Le système de commande hormonale se situe dans l’hypothalamus (lui-même situé dans l’encéphale) et c’est la nuit qu’il se remet à jour", explique le Dr Lefrançois.

Sources

12/12
Sources

Merci au Dr Jérôme Lefrançois, généraliste membre de la Société française de recherche et de médecine du sommeil (SFRMS) pour sa collaboration à cet article. 
Il est co-auteur avec Véronique Deschamps, psychologue et psychothérapeute également membre du SFRMS, de l"ouvrage : Le sommeil : Mieux dormir Editions Alpen, 2016.

> Un expert santé à votre écoute !