Zika et microcéphalie : une complication sur le fœtus

Lorsque la femme enceinte est infectée par le virus Zika, notamment après la piqûre par un moustique vecteur du type Aedes, elle le transmet aussi à l’enfant qu’elle porte. On retrouve d’ailleurs le virus dans le liquide amniotique qui baigne l’enfant. À l’heure actuelle, les études de recherche sont en cours. Cependant, les premières conclusions établissent que Zika arrête le développement du cortex cérébral (enveloppe externe du cerveau) à partir du 5e mois de grossesse. L’enfant né avec une tête trop petite et un développement cérébral anormal. C’est ce qu’on appelle la microcéphalie.

Zika et microcéphalie : et si ce n’était pas le virus ?

Plusieurs autres causes ont été étudiées devant l’augmentation des cas de microcéphalies chez les fœtus et nouveau-nés. Les autres virus, la génétique, les métaux lourds, les rayonnements ou encore la consommation tabagique et alcoolique ont été passés au crible. De même, les insecticides avaient été fortement médiatisés pour apparaître comme une cause possible des microcéphalies en augmentation. Aucune autre de ces causes ne semble expliquer les malformations et le virus Zika reste l’hypothèse la plus solide.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.