Un risque d’hémorragie confirmé en associant anticoagulants oraux et anti-inflammatoires

Publié le 01 Août 2018 par Cécile Bourdeaux, journaliste santé
Une étude révèle que la combinaison des médicaments anti-inflammatoires et des anticoagulants oraux exposerait à un risque accru de saignement majeur.
Publicité

© Adobe StockUn risque accru de saignements. Des chercheurs venus de plusieurs pays différents réuni au cours d'une étude ont découvert que les médicaments anticoagulants associés aux médicaments anti-inflammatoires exposeraient à des risques élevés d'hémorragies chez les patients atteints de fibrillation auriculaire.

Les saignements gastro-intestinal étaient significativement élevé

La fibrillation auriculaire est une forme d’arythmie caractérisée par un cœur qui bat vite de façon irrégulière. Elle constitue le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent et peut entraîner des complications thromboemboliques. En prévention des accidents thrombo-embolliques, un traitement anticoagulant est généralement prescrit par un praticien.

Publicité

Aussi, les patients atteints par une fibrillation auriculaire présentent généralement ausi des manifestations ostéo-articulaires. Afin de soulager les douleurs ostéo-articulaires chronique, les patients ont souvent recours aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), connus pour être responsables d'hémorragies et de thromboses.

Publicité

Les scientifiques ont donc souhaité évaluer le risque entre l’association des anticoagulants oraux et des anti-inflammatoire non stéroïdiens chez les patients atteints de fibrillation auriculaire. Les chercheurs ont donc réalisé une analyse des événements hémorragiques et cardiovasculaires survenus chez les patients atteints de fibrillation auriculaire traités ou non par un AINS. L’âge moyen des patients était de 71 ans, avec une majorité d'hommes à 63,5%.

Sur un total de 18 113 patients, 2 279 ont pris au moins une fois un AINS au cours des 3 années d'étude. Leurs données ont été comparées à celles de 15 700 patients qui n’ont pas utilisé d’AINS. La proportion de patients ayant utilisé au moins une fois un AINS était de l’ordre de 13%, qu'ils soient traités par l'anticoagulant warfarine (Coumadine®) ou par l'anticoagulant dabigatran etexilate (Pradaxa®).

Publicité

Un risque d'hémorragie et d'AVC

Le taux annuel de saignements majeurs était de 5,4% en cas de traitement par un AINS associé à un traitement anticoagulant contre 3,4% chez les patients non traités, avec des hémorragies digestives à hauteur de 40% et des hémorragies non digestives s'élevant à 60%. De plus, l a survenue d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) et d’embolies systémiques a été significativement plus élevée dans le groupe AINS. Enfin, l e taux des hospitalisations a été plus important dans le groupe AINS que dans le groupe de patients non traités.

Pour les auteurs de l'étude, le risque hémorragique s'explique par "le mécanisme d'action des AINS doublé d'une agression sur la muqueuse gastrique et le reste du tractus digestif". Les résultats ont été publiés le 3 juillet 2018 dans le Journal of the American College of Cardiology.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X