Sommaire

Lors de fortes chaleurs, certains médicaments peuvent être dangereux pour notre organisme, mais ce n’est le seul risque possible. Leur conservation doit aussi être un sujet de préoccupation. En effet, comme nous, les produits pharmaceutiques ne sont pas insensibles à lacanicule !

Avant leur mise sur le marché, les médicaments sont soumis à "des essais de stabilité dans des conditions standardisés et internationalement reconnues", explique l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). L’analyse des résultats de ces essais de stabilité permet aux autorités de fixer la durée et les conditions de conservation des traitements. L’organisation sanitaire française distingue trois catégories distinctes :

  • médicaments à conserver entre +2 et +8°C ;
  • médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30°C ;
  • médicaments sans mention particulière : conservation à température ambiante (climat français ou similaire).

Inscrites sur l’emballage des produits, elles nécessitent la mise en place de précautions adaptées.

Médicaments à conserver entre 2°C et 8°C : attention danger !

Si les températures grimpent, il faut être particulièrement vigilant avec les médicaments à conserver entre 2°C et 8°C, soit dans des réfrigérateurs ou des chambres froides. Il ne faut ainsi pas trainer lorsqu’ils sont sortis du frigo. L'ANSM précise dans un document consacré à la conservation des produits pharmaceutique “les températures élevées devraient être sans conséquence sur leur stabilité s’ils sont utilisés assez rapidement une fois sortis du réfrigérateur”.

Toutefois, il est recommandé d’éviter de les soumettre à un cycle froid-chaud en les sortant puis remettant dans votre réfrigérateur, et ce même si vous ne vous en êtes pas servis. L’Assurance Maladie prévient de son côté : “évitez de les remettre au froid s’ils sont restés exposés à la chaleur : cela pourrait les endommager”. Il faut aussi penser à vérifier régulièrement la température du réfrigérateur où sont placés les produits.

Parmi les médicaments à laisser au frais, on retrouve ceux traitant la sclérose en plaques, mais également ceux qui soignent la polyarthrite, les vaccins ou encore les hormones de croissance. Ils ne doivent pas être congelés et doivent être transportés avec précaution. Le respect de la chaîne du froid lors de leur transport est primordial. L’ANSM conseille ainsi d’utiliser "un emballage isotherme réfrigéré" tout en veillant à ce que les médicaments ne se retrouvent pas "congelés".

Avant un long trajet ou pendant une période de canicule, lisez attentivement les notices des médicaments que vous prenez. Elles vous donneront des indications sur les bons gestes à avoir ainsi que les conditions de conservation optimum de votre médicament. Vous pouvez également demandez conseil à votre pharmacien.

Ne pas conserver ses médicaments correctement risque de modifier les composants et donc de nuire à l'efficacité du traitement. Cela peut potentiellement vous faire courir un grave danger.

Toutefois, il est important de ne pas arrêter ou modifier son traitement sans avis médical pendant les fortes chaleurs, ou quelle que soit la météo, d’ailleurs ! Si vous pensez que votre médicament a été soumis à des températures supérieures aux recommandations, contactez votre médecin ou votre pharmacien. Ces professionnels de la santé feront le point avec vous.

Les traitements à garder à moins de 25°C

Les traitements à garder à moins de 25°C

Une autre catégorie de produits pharmaceutiques pourrait vous inquiéter pendant les canicules : les médicaments à conserver à une température inférieure à 25°C ou 30°C. Toutefois les risques sont moins importants. Selon l’ANSM, "le dépassement ponctuel, de quelques jours à quelques semaines, de ces températures n’a pas de conséquence sur la stabilité ou la qualité de ces médicaments. Des épreuves de stabilité ont démontré l’absence de dégradation après exposition de plusieurs semaines à une température constante de 40°C ".

Entreposés dans nos boîtes à pharmacie, soit à une température inférieure aux températures des tests d’homologation, ces médicaments ne risquent donc pas d’être altérés. Parmi ceux devant être conservés à une température inférieure à 25°C, on peut citer les crèmes ou lessuppositoires.

Concernant leur transport, là encore, la vigilance est de mise. L’ANSM recommande "par mesure de prudence" de les transporter dans un "emballage isotherme non réfrigéré". Il est également fortement déconseillé de les stocker dans le coffre d'une voiture ou à l’intérieur de son habitacle.

Exposée en plein soleil, la température d'un véhicule peut vite grimper. En effet, selon la chaîne Météo, lorsqu’il fait 26°C dehors, le thermomètre peut atteindre les 38°C dans la voiture au bout de 10 min et 47°C au bout de 20 min. Lorsqu’il fait 40°C - des températures de plus en plus fréquentes lors des vagues de chaleur - il fait 55° C dans les voitures garées en plein soleil au bout de 10 min et 70°C après 20 min.

Surveillez l’aspect de vos médicaments

Surveillez l’aspect de vos médicaments

Certains médicaments changent d’aspect au contact de la chaleur. Si votre produit a une nouvelle apparence après une exposition prolongée à la chaleur, ne l’utilisez pas ! Les suppositoires ou les ovules peuvent fondre en cas de canicule. Quant à vos crèmes, leur aspect peut être modifié. La phase grasse est séparée de la phase aqueuse et le principe actif (la molécule du médicament qui possède des propriétés thérapeutiques) n’est plus réparti de manière uniforme dans l’excipient (la substance qui apporte la consistance au produit).

L’ANSM rappelle “Tout produit dont l'apparence extérieure est visiblement modifiée ne devrait pas être utilisé, cette altération de l'aspect extérieur pourrait indiquer une modification des propriétés de la forme pharmaceutique (indépendamment de la qualité de la substance active)”.

L’agence ajoute "une exposition prolongée à une température supérieure aux conditions de conservation d'un médicament peut conduire à une altération de l'aspect extérieur voire à une perte d'efficacité du médicament qui pourrait, dans certains cas, présenter un risque pour la santé du patient"

"Nous recommandons aux patients de ne pas utiliser un médicament si les conditions de conservation n'ont pas été respectées ou si l'apparence extérieure est visiblement modifiée. En cas de doute, nous recommandons aussi aux patients de se rapprocher de leur médecin ou de leur pharmacien afin de remplacer le médicament si la situation l'impose.", ajoute l'ANSM.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

"Canicule et produits de santé", Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, Mise au point le 1er juin 2017

Conservation des médicaments en cas de vague de chaleur, ANSM, 1er juin 2017

Prévenir les risques médicamenteux en cas de fortes chaleurs, Ameli, novembre 2019

mots-clés : Danger médicament
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.