Publi-rédactionnel - Ce contenu est présenté par Laboratoire Lescuyer

La vitamine D : synthèse naturelle, aliments et supplémentation

L'action des rayons ultraviolets du soleil sur la peau permet à l'organisme de produire du cholécalciférol (vitamine D3), une forme non active de la vitamine D. Après un passage dans le foie et le rein, le cholécalciférol se transforme en calcitriol, la forme active de la vitamine D. Toutefois, cette capacité de synthèse de l'organisme devient insuffisante pour les personnes âgées qui sortent peu, les bébés en pleine croissance, les femmes enceintes, les personnes à peau pigmentée ou les habitants des régions peu ensoleillées.

Dans ces cas, les spécialistes recommandent de consommer de la Vitamine D à travers des aliments qui en sont riches (huile de foie de morue, hareng, etc.). Toutefois, la supplémentation en vitamine D3 demeure la mesure la plus simple et la plus efficace, d'autant plus qu'elle peut être remboursée par l'Assurance Maladie. Pour les personnes ayant une maladie hépatique, rénale ou digestive, ne pouvant pas activer ou assimiler la vitamine D, les médecins prescrivent la forme activée qui s'administre par voie entérale (orale) ou parentérale (injection).

La vitamine D pour fortifier les os

Durant la période de croissance et jusqu’à la fin de l’adolescence, les tissus osseux ont besoin de calcium pour croître et se consolider. Le rôle de la vitamine D consiste à faciliter l’absorption intestinale et la fixation du calcium dans ces tissus, afin d'atteindre une densité osseuse maximale vers l’âge de 20 ans. Au-delà de cet âge, la masse minérale osseuse doit être entretenue par des apports réguliers de calcium et de vitamine D à travers l'exposition au soleil, l'alimentation et la supplémentation. À défaut, les risques de rachitisme, d’ostéoporose ou de fractures augmentent de manière significative.

La vitamine D pour renforcer le système immunitaire

Selon un communiqué de l’Académie nationale de médecine, publié le 22 mai 2020, la vitamine D peut être considérée comme un adjuvant à toute forme de thérapie anti-infectieuse et particulièrement la COVID-19. Il existe même une corrélation positive avérée entre carence en vitamine D et mortalité due à la COVID-19. Cette hormone stimule les défenses immunitaires (les lymphocytes T) pour qu'ils puissent agir sur les bactéries, virus et autres infections. Elle régule aussi la réponse inflammatoire (Cytokines pro-inflammatoires) responsable du syndrome de détresse respiratoire aigu, retrouvé dans les cas graves de COVID-19.

La vitamine D pour lutter contre le vieillissement

Comme la vitamine A, C et E, la vitamine D possède des vertus antioxydantes. Elle fait partie d'un système de protection contre de nombreuses maladies neurodégénératives, cardiovasculaires et cancéreuses, liées au vieillissement cellulaire. Selon un rapport publié en 2016 par le Fond français pour l'alimentation et la santé, les carences en vitamines D auraient un lien avec la maladie d'Alzheimer, l'hypertension artérielle et certains types de cancers. En guise de conclusion, il apparaît que la vitamine D possède de multiples bienfaits sur la santé, en dehors de son rôle classique sur la densité osseuse. Elle améliore ainsi les défenses immunitaires, les capacités cardiovasculaires, la cognition et diminue les risques de cancer.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.