Définition : qu'est-ce qu'une entorse cervicale ? 

L’entorse cervicale est une lésion des ligaments cervicaux, servant au maintien de deux vertèbres entre elles. Elle peut être bénigne (étirement du ligament) ou grave (rupture du ligament). Elle survient généralement à la suite d’un traumatisme direct au niveau du cou, le plus classique étant le « coup du lapin ».

Chiffres : l'entorse cervicale est-elle fréquente ?

Les traumatismes du rachis, tous étages confondus, sont fréquents notamment chez les sujets jeunes, avec 10 000 cas par an en France. La majorité des lésions sont bénignes. Les traumatismes graves avec lésions médullaires représentent 1 200 à 1 500 cas par an, avec 17 % de décès.

Symptômes : comment reconnaître une entorse cervicale ?

Les symptômes de l’entorse cervicale varient selon sa gravité. Elle peut être asymptomatique, provoquer de très légères douleurs ou entrainer des symptômes plus importants. Il s’agit :

  • de douleurs plus ou moins sévères ;
  • de céphalées ;
  • de raideur du rachis cervical avec diminution des amplitudes ;
  • de troubles neurologiques variables en fonction de l’étage cervical impacté ;
  • de lésions neurologiques et des fonctions supérieures graves si la moelle épinière est touchée.

Mon conseil de médecin généraliste : les symptômes sont immédiats dans la plupart des cas, mais il peut arriver que les douleurs n’apparaissent que quelques jours après le traumatisme. C’est pourquoi le port du collier cervical est nécessaire après tout traumatisme cervical, même d’apparence bénigne.

Quelles sont les causes de l'entorse cervicale ?

La principale cause des entorses cervicales est traumatique. Le mécanisme le plus fréquent est le coup du lapin - ou coup de fouet cervical. Il survient généralement lors d’un accident de voiture, lorsque le choc a lieu à l’arrière.

L’impact provoque une hyper-extension des vertèbres cervicales et met les ligaments en forte tension. Tous les traumatismes crâniens ou cervicaux directs peuvent provoquer une entorse cervicale. Le docteur Laurent Grange, rhumatologue, souligne que les entorses cervicales graves sont exceptionnelles.

Quel est le mécanisme du coup du lapin ?

La réponse du Dr Laurent Grange, rhumatologue.

"Le coup du lapin est dû à un impact arrière en voiture, avec brutale poussée antérieure du siège et flexion relative du cou, puis translation arrière de la tête (limitée par l'appui-tête) avec étirement du cou et flexion du rachis cervical supérieur, brutale extension du rachis cervical inférieur, à laquelle succède une flexion cervicale légère, le thorax étant maintenu par la ceinture de sécurité".

Les contraintes mécaniques sont mineures, une entorse cervicale grave ne peut être réalisée que dans un choc violent, bien au-delà du traumatisme mineur.

Schéma : mécanisme du coup du lapin

Schéma : mécanisme du coup du lapin

© CC - Auteur : BruceBlaus - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.en

Quels sont les facteurs de risques de l'entorse cervicale ?

 En plus des causes traumatiques, les facteurs de risque d’entorse cervicale sont :

  • l’âge ;
  • la sédentarité ;
  • une musculature trop fragile au niveau du cou.

Entorse cervicale : quelles sont les personnes à risque ?

Les personnes plus à risque de présenter une entorse cervicale sont celles qui pratiquent des gestes répétitifs, avec une forte sollicitation du cou. 

Quelle est la durée d'une entorse cervicale ? 

La durée d’une entorse cervicale dépend de sa gravité. Une entorse bénigne peut  guérir en une dizaine de jours si l’immobilisation est respectée. Une entorse plus grave peut mettre plusieurs semaines à mois à s’améliorer. Quel que soit le type de l’entorse, une rééducation par un kinésithérapeute doit avoir lieu avant la reprise de toute activité physique.

Le docteur Laurent Grange précise que l'évolution est très variable : récupération rapide en moins de trois mois dans la moitié des cas, possibilité de persistance de douleurs et d'incapacité à un an, sinon de manière plus prolongée. Il souligne que  les éléments de mauvais pronostic paraissent être la sévérité initiale de la douleur, des céphalées et de l'incapacité, le sexe féminin, la notion d'antécédents de cervicalgie, la présence de lésions dégénératives. Le niveau de la protection sociale et les conditions de vie sont des facteurs importants. Les raisons de la pérennisation éventuelle sont débattues.

L'entorse cervicale présente-t-elle un risque de contagion ?

L'entorse cervicale n'est, évidemment, pas contagieuse.

Qui, quand consulter en cas de traumatisme cervical ?              

Si le traumatisme est bénin et qu’aucun signe de complication n’est présent, notamment qu’il n’y a pas de troubles neurologiques ni de perte de connaissance initiale, la consultation rapide chez le médecin traitant peut suffire. Il va procéder à un examen clinique complet et prescrira une radiographie du rachis cervicale à réaliser dans la journée.

En cas de traumatisme plus grave, il est nécessaire de se rendre au service des urgences le plus proche, après immobilisation par un collier cervical si besoin.

Quelles sont les complications de l'entorse cervicale ? 

Les complications des entorses du rachis cervicales peuvent être graves. Cela peut aller de troubles neurologiques de faible intensité au décès en cas de lésion grave de la moelle épinière. Les entorses cervicales sont classées en stades, en fonction de leur gravité :

  • Stade 0 : aucun symptôme;
  • Stade 1 : présence de douleur et /ou de raideur, sans signe neurologique ;
  • Stade 2 : raideur cervicale importante et douleurs à la palpation cervicale
  • Stade 3 : troubles neurologiques légers ou incomplets : abolition d’un réflexe, déficit sensitif, déficit moteur;
  • Stade 4 : lésions neurologiques graves et /ou troubles de la conscience

L'arthrose cervicale est l'une des principales complications de l'entorse cervicale à long terme, même si, d'après le rhumatologue Laurent Grange, l'arthrose apparait sans traumatisme dans 60 % des cas.

Quels sont les examens et analyses pratiqués en cas de traumatisme cervical ? 

Le premier examen à réaliser en cas de doute sur une entorse cervicale est la radiographie du rachis cervical de face, de profil et en position ¾, après immobilisation du rachis par un collier cervical. En cas de troubles neurologiques, un scanner cervical ou une IRM peuvent être nécessaires pour visualiser d’éventuelles lésions neurologiques ou de la moelle épinière.

Radiographie cervicale de coup de lapin 

Radiographie cervicale de coup de lapin

© CC - Auteur : Jmarchn - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr

Comment se déroule le traitement de l'entorse cervicale ?

La plupart du temps le traitement de l’entorse cervicale est symptomatique et passe par une immobilisation par un collier cervical plus ou moins rigide.

Traitement de la phase aiguë

En phase aiguë, l’entorse cervicale non compliquée nécessite le traitement suivant :

  • Repos et immobilisation : le port d’un collier cervical souple pendant une dizaine de jours est recommandé. Il est ensuite conseillé de l’enlever quelques heures par jour et de réaliser des mouvements de faible amplitude et progressifs, pour récupérer la mobilité et la musculature.
  • Application de glace sur la région douloureuse trois ou quatre fois par jour, pendant une dizaine de minutes. À noter : un sac de petits pois surgelé se moule aux formes du corps et peut être appliqué directement sur la peau.
  • Médicaments antalgiques, anti-inflammatoires et myorelaxants : des antalgiques simples, comme le paracétamol, et des myorelaxants peuvent suffire. Si l’inflammation est trop importante, des anti-inflammatoires peuvent être prescrits, mais sur une durée la plus courte possible.
  • Des massages très doux peuvent aider à soulager la contracture musculaire.

Rééducation

La rééducation par un kinésithérapeute est indispensable après une entorse cervicale pour récupérer la mobilité et la musculature. Une application de chaleur locale avant de pratiquer les exercices proposés par le kinésithérapeute peut permettre de faciliter la rééducation. La durée de cette prise en charge dépendra de la gravité initiale de l’entorse et de la disparition des symptômes, notamment douloureux.

Traitement des douleurs chroniques

Des douleurs chroniques sont fréquentes après une entorse cervicale. C’est pourquoi la prise en charge par un kinésithérapeute est nécessaire. L’accumulation de médicaments antalgiques risque d’être délétère. L’utilisation de moyens relaxants montre une bonne efficacité sur ces douleurs résiduelles.

Traitement chirurgical

Le traitent chirurgical est indiqué en cas d’entorse grave avec lésion neurologique. Une stabilisation des vertèbres et une décompression neurologique sont nécessaires pour éviter les complications graves. Les suites opératoires nécessitent une rééducation prolongée.

Entorse cervicale : peut-on la prévenir ? 

La seule prévention des entorses cervicales est d’avoir une musculature para-vertébrale solide, capable de protéger le rachis en cas de traumatisme. Des étirements et des exercices de renforcement musculaire cervicaux doivent être régulièrement effectués.

Mon conseil de médecin généraliste : pour les professions de bureau, il est nécessaire d’éviter le syndrome tech-neck, en ne restant pas assis dans la même position plusieurs heures et en pratiquant régulièrement des étirements. La posture doit être adaptée avec un écran à hauteur du regard.

Sites d’informations et associations sur l'entorse cervicale

Des sites d’intérêt et d’informations sur les entorses du rachis cervical sont disponibles sur internet, en particulier le site de Rhumatologie Pratique.

Sources

http://www.rhumatologie.asso.fr/05-Bibliotheque/Publications/pub-71-659-664.asp

https://www.sfmu.org/upload/70_formation/02_eformation/02_congres/Urgences/urgences2014/donnees/pdf/008.pdf

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cervicalgie/consultation-traitement