Sommaire

Capsulite rétractile : qu’est-ce que c’est ?

Capsulite rétractile : qu’est-ce que c’est ?© Istock

Vous avez mal à l’épaule, et celle-ci a tendance à se bloquer, rendant difficile le moindre mouvement ? Vous souffrez peut-être d’une capsulite rétractile. Cette maladie se définit cliniquement par “une limitation des amplitudes actives et passives de l’articulation gléno-humérale”, selon la Revue Médicale Suisse. Plus simplement, il s’agit d’une diminution de la mobilité de l’épaule, sans atteinte lésionnelle – telle que l’arthrose notamment.

“Toutes les articulations comportent un manchon fibreux, la capsule, qui sépare l’intérieur de l’articulation (cartilage, liquide synovial) du milieu extérieur (ligaments, tendon, muscles…)”, explique Raphaël Delarue, masseur-kinésithérapeute. “Dans certains cas, un geste répétitif, ou un mouvement unique et violent peut occasionner une réponse inflammatoire. En cas de capsulite, l’inflammation siège sur le manchon fibreux, qui perd tout ou partie de son élasticité”.

L’expert précise que la capsule de l’épaule a la particularité de posséder, en sa partie inférieure, une sorte de soufflet. “Ce dispositif permet une grande liberté de mouvement”. Mais l’inflammation provoque le blocage de cette structure, ce qui entraîne une diminution importante des amplitudes. “Dans certains cas, le patient ne peut même plus écarter le bras du torse”.

Parfois, cette limitation fonctionnelle de l’articulation apparaît brutalement, sans cause première. On parle de capsulite rétractile essentielle. “Et, comme dans la neuro-algo-dystrophie réflexe, on retrouve souvent un terrain anxieux chez le sujet”, indique le spécialiste. Les femmes de 40 à 60 ans sont particulièrement concernées par ce trouble.

Une douleur diffuse à l’épaule doit vous alerter

Une douleur diffuse à l’épaule doit vous alerter© Istock

Bien souvent, c’est la douleur qui amène le patient à consulter. Celle-ci survient dans la première phase de la capsulite, qui peut durer quelques semaines à quelques mois. Plutôt diffuse, elle touche la région de l’épaule et peut irradier jusqu’au bras, voire à l’avant-bras.

La douleur est présente même au repos, et peut perturber le sommeil, puisque le patient ne peut pas s’allonger du côté de l’épaule endolorie. À ce stade, l’épaule est encore mobile, ce qui conduit parfois les médecins à des erreurs de diagnostic. La capsulite est, en effet, souvent confondue avec une tendinite, une lésion de la coiffe ou un conflit sous-acromial.

Peu à peu, la douleur s’intensifie, conséquence de l’inflammation de la capsule. L’épaule va également commencer à se bloquer.

“L’épaule gelée” provoque un enraidissement de l’épaule atteinte

“L’épaule gelée” provoque un enraidissement de l’épaule atteinte© Istock

Pendant la seconde phase de la capsulite rétractile, qui peut durer de quelques mois à un an, l’articulation va se “geler”. Ce processus peut prendre quelques semaines, durant lesquelles l’épaule se raidit peu à peu. S’ensuit “une longue période de stabilité, où l’épaule est enraidie, comme gelée”, peut-on lire sur la Revue Médicale Suisse.

À ce stade, la douleur perd en intensité, et disparaît progressivement. Mais l’amplitude articulaire est extrêmement limitée. Retrouver une mobilité totale peut ensuite prendre de six mois à deux ans.

Heureusement, la capsulite ne récidive quasiment jamais sur la même articulation, de même qu’une atteinte bilatérale ne survient que dans 10 % des cas, et rarement de manière simultanée. C’est en général après plusieurs mois ou plusieurs années que ce trouble peut se déclarer sur l’autre épaule.

Quel traitement pour la capsulite ?

Quel traitement pour la capsulite ?© Istock

Plusieurs traitements sont possibles pour soigner une capsulite de l’épaule, indique Raphaël Delarue. Généralement, on commence par la prise de médicaments antidouleur et, s’ils ne suffisent pas, on procède à “l’infiltration d’un produit anti-inflammatoire” à base de corticoïdes, qui permet de soulager la douleur. Cette injection peut être renouvelée une à deux fois, à quelques semaines d’intervalle.

“Ce traitement est presque toujours couplé à une rééducation, dans le but de retrouver une mobilité normale”, ajoute l’expert. La kinésithérapie, ou la physiothérapie, doivent s’effectuer en douceur, sans dépasser le seuil de douleur du patient. Cette rééducation combine une thérapie manuelle, des étirements, une correction posturale et des exercices que le sujet peut répéter chez lui.

Dans certains cas, une chirurgie avec dilatation gazeuse peut être pratiquée. “Elle consiste en l’injection d’un gaz pour regonfler la capsule et ainsi dilater les zones adhérentes”. Plus insolite, les cataplasmes à la feuille de chou se sont parfois avérés efficaces. “Ça a fonctionné avec mon grand-père, mais je ne connais pas la recette”, conclut le spécialiste.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

La capsulite rétractile de l’épaule : mise au point en 2017, Revue Médicale Suisse, 2017. 

Merci à Raphaël Delarue, masseur-kinésithérapeute. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.