Rentree : 5 conseils pour eviter le blues de fin de vacances

La rentrée est là, l'été est bel et bien terminé. Il est temps de troquer le sable chaud, le soleil, les apéritifs et les moments entre amis ou en famille pour la routine quotidienne du travail. Ce moment est difficile pour beaucoup d'entre nous, et même parfois complétement déprimant.  

En effet, une grande majorité des Français est réfractaire à la reprise du travail. Selon un sondage Adecco, ceux qui appréhendent la rentrée sont passés de 39% en 2015 à 58% en 2022. Ils sont également plus de 61% à associer la reprise avec le mot “déprime”. 

Cette baisse de moral à l’approche de la rentrée est appelée le blues de la rentrée. Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne, fait le point pour Medisite sur ce phénomène et partage quelques astuces pour y remédier. 

Blues de rentrée : qu’est-ce que c’est ? 

Le blues de la rentrée est un coup de mou ressenti à la fin des vacances. Ce sentiment n’est pas à confondre avec la déprime qui est un état bien plus fort, ou la dépression qui est un trouble mental. Johanna Rozenblum explique que ce syndrome est plus associé à de la nostalgie : “C'est une forme de nostalgie d'un temps où les soucis et les contraintes ont été mis à l'écart mêlée à une forme d'appréhension à l'idée de devoir se replonger dans un quotidien qui a pu être compliqué”.

Elle ajoute : “Lors de la rentrée, la réalité avec son lot de contraintes refait effraction dans cette bulle préservée qu'étaient les vacances où l'on met consciemment de côté nos difficultés. La fin des vacances c'est aussi accepter de reprendre les choses là où on les avait laissées."

Tout le monde n’est pas touché par le phénomène, certains parviennent à l’éviter et ne craignent pas la rentrée comme l’explique la psychologue : “Tout le monde n'appréhende pas la fin des vacances et heureusement. Pour beaucoup, c'est l'occasion d'un redémarrage pleins de promesses et de projets.”

Cependant, si vous faites partie des personnes angoissées par le retour au travail, pas de panique. Johanna Rozenblum rassure en expliquant que ce sentiment n’est pas dramatique s’il est pris en compte : “Il n'y a pas de caractère pathologique, il faut plutôt voir ce "blues" comme un état émotionnel transitoire qui a vocation à s'améliorer à condition qu'on s'y intéresse."

Il est donc important de ne pas rejeter ces émotions négatives mais de les prendre en compte afin de les améliorer. “Lorsque je retrouve mes patients en septembre, la grande majorité a réussi à mettre à profit ce temps de pause non seulement pour se reposer mais pour repenser à tout le travail que nous avons fait ensemble... Et il y a souvent de très gros progrès!”, conclut l’experte. 

Certaines astuces peuvent également vous aider à atténuer ce coup de blues. La psychologue clinicienne en a partagé cinq pour Medisite, afin de ne pas être dépassé par la reprise du travail.

S’accorder du temps libre

1/5
Rentrée : 5 conseils pour éviter le blues de fin de vacances

Le premier conseil de la psychologue est de prendre du temps pour soi. Elle explique : “s'accorder du temps libre, c'est ralentir physiquement et psychiquement. Cette nouvelle temporalité est souvent propice à l'introspection, à l'écoute des émotions et au calme. C'est une façon de faire le point ou de revenir à une forme d'équilibre émotionnel.

Demander de l'aide

2/5
Rentrée : 5 conseils pour éviter le blues de fin de vacances

L'experte insiste également sur l’importance de demander de l’aide lorsque l’on en ressent le besoin, “si les émotions nous submergent au point de ne plus réussir à se projeter positivement dans l'avenir”.

Travailler sur les sujets qui nous préoccupent

3/5
Rentrée : 5 conseils pour éviter le blues de fin de vacances

Que ce soit dans le travail ou dans nos relations (familiales, amicales…), la psychologue clinicienne explique qu’il est primordial de travailler sur les sujets qui nous préoccupent, et non de les ignorer. 

Pour y parvenir, voici ses astuces : “Repérer des schémas que l'on répète, réfléchir à ce que l'on ne veut plus accepter ou ce vers quoi l'on souhaite tendre à l'avenir. C'est aussi comprendre l'éducation que l'on a reçue, la façon dont on a traversé des épreuves, les cicatrices qu'elles ont pu laisser. C'est prendre conscience de ce qui nous a façonné et décider, au besoin, d'évoluer.”

Oser réaliser de nouvelles choses

4/5
Rentrée : 5 conseils pour éviter le blues de fin de vacances

Afin de ne pas se laisser submerger par la rentrée, il est important d’être maître de sa vie et d’oser réaliser de nouvelles choses. 

Johanna Rozenblum explique : “Dans toutes les sphères de la vie, oser regarder les choses en face c'est conscientiser pour comprendre ce qui nous pèse. Sans ce travail, le risque est de se considérer comme une victime de ce qui nous arrive et de la façon dont on vit les choses. Apprendre à se connaître en se regardant en face, avec ses forces et ses vulnérabilité, c'est aussi se dire que l'on a un pouvoir sur chaque situation.”

Ne pas attendre les vacances pour prendre soin de soi

5/5
Rentrée : 5 conseils pour éviter le blues de fin de vacances

Le dernier conseil de la spécialiste est de ne pas attendre les vacances pour prendre soin de soi, mais de le faire tout au long de l’année. Ainsi le retour au travail ne sera pas perçu comme une torture. 

“S'accorder du temps seul.e, s'occuper de sa santé, rester en lien avec les autres et prendre des décisions pour améliorer son quotidien au fur et à mesure sans attendre les vacances (par exemple : se coucher plus tôt, faire du sport, sortir au moins une fois par mois...)”, explique la psychologue.

Sources

Merci à Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne.

https://comarketing-news.fr/une-rentree-en-mode-deprime-pour-une-majorite-de-francais/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.