Opérations de la prostate : quels risques ?

Chirurgie, laser, coelioscopie, thermothérapie, robot...  Quelles sont les opérations de la prostate disponibles aujourd'hui ? Et quelles sont les moins à risques ? Le point avec Medisite.

© IstockRésection transurétrale : 95 % d'éjaculations rétrogrades !

Est-ce pour vous ? Quand un adénome de la prostate (qu'il soit petit ou moyen) devient trop gênant, notamment parce qu'il comprime le canal urinaire et entraîne des troubles de la miction (incontinence), il faut alors opérer pour diminuer son volume. "Dans 90% des cas, on opte pour la résection transurétrale", explique le Dr Alexandre de la Taille, urologue.

Quels sont les risques de la résection transurétrale ? Dans environ 95% des cas, l'intervention entraîne une éjaculation rétrograde. Le sperme n'est plus évacué par le pénis mais dans la vessie, donc par les urines. "Il n'y a cependant pas de problèmes d'impuissance et le risque d'incontinence est très exceptionnel, en dessous de 1%", précise le Dr Christian Barré, chirurgien urologue. Il peut y avoir une sensation de brûlures lors des mictions, tout de suite après l'opération.

En quoi consiste la résection transurétrale ? Une fibre optique rigide est introduite par les voies naturelles dans le canal de l'urètre, elle remonte jusqu'à la prostate. Elle permet de découper l'adénome en petits morceaux pour qu'il n'obstrue plus l'urètre.

En pratique : L'intervention est réalisée sous anesthésie générale ou rachi-anesthésie. Il faut compter 3 à 4 jours d'hospitalisation.L’avantage de cette technique est de ne pas laisser de cicatrice cutanée.

Est-ce remboursé ? Oui.

Coelioscopie prostatique : une révolution chirurgicale

Est-ce pour vous ? Développée dans les années 2000, l'opération du cancer de la prostate par coelioscopie est apparue comme une révolution chirurgicale !Aujourd’hui, cette technique est pratiquée soit par voie coelioscopique classique, soit par coelioscopie robot assistée.Attention : cette intervention ne permet d'opérer que les tumeurs prostatiques localisées.

Quels sont les risques de la coelioscopie ? "Pour nous qui pratiquons la technique depuis près de 20 ans, la coelioscopie réduit le risque d'incontinence et de troubles de l'érection", explique le Pr Clément-Claude Abbou, urologue. GG, un de nos internautes, témoigne : "Je peux aujourd'hui uriner normalement et sexuellement ça marche pas mal."Une étude menée sur 5000 patients opérés à l’Institut Montsouris montre que la coelioscopie entraîne moins de transfusion sanguine, moins de douleurs post-opératoires et un séjour hospitalier plus court, qu’après une chirurgie ouverte. Le risque de récidive est similaire (à 5 ans, 80% des patients de l’étude ne présentent pas de récidive ni de métastase).

En quoi consiste l'opération de la prostate par coelioscopie ? Des petits orifices sont effectués dans la peau au niveau de l'abdomen. Ce dernier est au préalable gonflé avec du gaz. Le chirurgien positionne des trocarts pour introduire une caméra et des instruments. Il peut visualiser ses gestes en 2D sur écran. Les mains du chirurgien commandent alors ces instruments à distance pour retirer la prostate ainsi que les vésicules séminales (voire parfois les ganglions situés autour), sans avoir besoin de faire de larges ouvertures.

En pratique : L'intervention est réalisée sous anesthésie générale et il faut compter 3 à 5 jours d'hospitalisation.

Est-ce remboursé ? Oui.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X