Arrêt cardiaque : pourquoi les femmes ont moins de chance de survie que les hommes

Publié le 22 Mai 2019 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
En cas d’arrêt cardiaque, les femmes n’auraient pas les mêmes chances de survie que les hommes. Une nouvelle étude révèle que la prise en charge n’est pas la même…
Publicité

Une étude relayée par The Independant démontre que les hommes et les femmes ne bénéficient pas des mêmes traitements en cas d’arrêt cardiaque. En effet, ces dernières sont moins susceptibles d’être ranimées à temps et ont, ainsi, moins de chance de survie que les hommes. Les recherches, dirigées par le Dr Hanno Tan, cardiologue basé à l’Université d’Amsterdam, ciblent particulièrement les arrêts cardiaques survenant en dehors de l’hôpital. Le docteur et son équipe ont analysé les données de toutes les tentatives de réanimations effectuées par les services d’urgence entre 2006 et 2012 dans une province des Pays-Bas.

Ils ont pu étudier 5717 arrêts cardiaques, hors hôpital, traités au cours de cette période, dont 28 % chez les femmes. Entre le moment de l'arrêt cardiaque et l'admission à l'hôpital, 34 % des femmes ont survécu, contre 37 % des patients masculins. Plus alarmant encore, entre l'admission aux urgences et la sortie, le taux de survie chez les femmes atteint seulement 37 %, contre 55 % chez les hommes.

Publicité
Publicité

La faute aux clichés

Cette disparité des traitements s’explique tout simplement par…les idées reçues. "Les gens ne sont pas conscients qu’un arrêt cardiaque puisse tout autant survenir chez les femmes que chez les hommes", déclare un membre de l’équipe de chercheurs. En effet, lorsque des passants assistent à un arrêt cardiaque chez une patiente, ils ne mesurent pas l’urgence des symptômes. Cela conduit à de nombreux retards d’appel des services d’urgences. Seulement 68 % des femmes victimes seront réanimées par un passant, contre 73 % des hommes.

"Les femmes présentent des symptômes moins faciles à interpréter tels que fatigue, évanouissements, vomissements, douleurs au cou ou à la mâchoire, estime le cardiologue. Alors que les hommes se plaindront de douleurs typiques comme des douleurs à la poitrine". Le Dr Tan suggère alors de sensibiliser davantage la société sur les symptômes des arrêts cardiaques féminins. Car ils surviennent le plus souvent en dehors de l’hôpital. "Chaque minute est cruciale en cas d’arrêt cardiaque. La sensibilisation par le biais de campagnes publiques pourrait avoir un impact important pour la survie des femmes".

Arrêt cardiaque : ce qui se passe dans notre corps

La crise cardiaque, appelée aussi infarctus du myocarde, survient lorsque le cœur n’est plus suffisamment alimenté en sang, du fait de la présence d’un caillot dans une artère. Conséquence : le cœur présente un rythme irrégulier, puis cesse de battre. Les symptômes vont être différents chez les hommes et chez les femmes, comme le souligne le Dr Tan. L’homme ressentira une violente douleur dans la cage thoracique avec irradiation dans le bras gauche. Quant aux femmes, elles vont présenter des symptômes plus atypiques : fatigue intense, essoufflements non lié à un effort, palpitations, douleurs dans le dos, nausées ou encore des douleurs abdominales. Ces symptômes sont à prendre très au sérieux pour ne pas retarder la prise en charge. Chaque minute perdue compromet les chances de survie.

Publicité

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X