10 erreurs à ne pas faire en cas d’infarctus

Certifié par nos experts médicaux MedisiteAssis ou couché, prendre un médicament ou non, bouche-à-bouche ou massage cardiaque ? Que l'on soit témoin ou victime d’un infarctus du myocarde, il y a des gestes à bannir face à cet accident du cœur. Le point avec le Pr Jacques Mansourati, cardiologue au CHU de Brest.
femme avec douleur thoracique©iStockIstock
Sommaire

L’infarctus, qu’est-ce que c’est ?

L’infarctus correspond à la destruction d’une partie du cœur. Il survient habituellement quand un caillot de sang bouche une artère coronaire, qui alimente le muscle cardiaque en sang.

Quels sont les symptômes ? "Un infarctus se manifeste généralement par une douleur oppressante au milieu de la poitrine, une sensation d’étau, qui peut diffuser jusque dans la mâchoire ou dans le poignet gauche", décrit le professeur Jacques Mansourati, cardiologue au CHU de Brest.

Erreur 1 : Attendre de voir si ça passe

En cas d’infarctus, chaque minute compte ! "Il ne faut pas perdre de temps" met en garde le professeur Mansourati. Car "plus vite on débouche l’artère, plus on limitera les dégâts sur le cœur tels que le développement d’une insuffisance cardiaque ou, dans le pire des cas, le décès" explique-t-il. "Il faut donc que l’artère soit débouchée dans les trois heures qui suivent les premiers symptômes."

Que faire ? "Si la douleur dure plus de 20 minutes et d’autant plus si la personne qui souffre présente des facteurs de risque (hypertension artérielle, cholestérol, diabète, tabagisme, obésité…) ou des antécédents familiaux, il faut agir au plus vite en appelant le 15", souligne le cardiologue.

Erreur 2 : Chercher à joindre son cardiologue

"Il ne faut pas chercher à contacter son médecin traitant ou son cardiologue en cas d'infarctus. La prise en charge doit être la plus rapide possible", avertit le professeur Mansourati.

Que faire ? Appeler le SAMU (15) plutôt que les pompiers ou que tout autre professionnel de santé est le premier réflexe à avoir, qu’on soit victime ou témoin d’un infarctus.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci au professeur Jacques Mansourati, cardiologue au CHU de Brest
Fédération Française de Cardiologie : fedecardio.org

La rédaction vous recommande sur Amazon :