Thrombose fémorale profonde ou superficielle : la différence

On entend souvent parler de thrombose veineuse profonde, ou phlébite, pour désigner l’inflammation d'une veine profonde obstruée par un caillot (ou thrombus). Mais dans quels cas peut-on parler de thrombose veineuse superficielle ? S’agit-il de thromboses fémorales à redouter ? Voyons cela ensemble.
©iStockIstock

Thromboses veineuses profondes et superficielles

Les thromboses veineuses superficielles au niveau des membres inférieurs sont bien plus nombreuses que les thromboses veineuses profondes. Par ailleurs, dans 25 % des cas, les thromboses veineuses profondes sont associées à une thrombose veineuse superficielle. Dans un cas comme dans l’autre, des embolies pulmonaires sont à redouter. Pourtant, on a souvent tendance à considérer que les thromboses veineuses superficielles sont bénignes et moins dangereuses que les profondes. Il n’en est rien, et même s’il est vrai que le risque d’embolie est plus faible, il ne faut pas le négliger pour autant.

Thrombose fémorale

Les thromboses fémorales sont des thromboses veineuses profondes puisqu’elles se forment dans la veine fémorale qui se situe dans la profondeur de la cuisse. Toutefois, la formation d’un caillot dans certaines veines superficielles du membre inférieur peut mener à l’extension du thrombus à la jonction entre la veine saphène et la veine fémorale (dans 4 % des cas environ). Or, lorsque le caillot atteint les veines fémorales, il est systématiquement peu adhérent aux parois veineuses, et le risque d’embolie pulmonaire est alors très élevé. Un traitement anticoagulant et/ou chirurgical est dans ce cas impératif.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :