Symptômes de l’AVC ischémique

Les signes d’AVC sont variables, ils dépendent de la zone du cerveau atteinte. Un AVC ischémique peut se traduire par une faiblesse musculaire, de violents maux de tête, des vertiges, des difficultés à parler, des troubles visuels, une perte de sensibilité voire une paralysie de la moitié du corps (hémiplégie). Il arrive parfois que les symptômes ne durent que quelques minutes et disparaissent spontanément (accident ischémique transitoire). Néanmoins, ils ne doivent pas être négligés car le risque de récidive est réel. En composant le 15, le patient sera orienté vers un centre spécialisé et gagnera un temps précieux qui pourra lui sauver la vie.

Complications et séquelles de l’AVC ischémique

L’imagerie permet d’affirmer qu’il s’agit d’un AVC ischémique, aussi appelé infarctus cérébral. L’unité neuro-vasculaire devra prendre en charge les éventuelles complications telles que les infections et les œdèmes. Le taux de survie après un AVC est d’environ 70%. Environ 4 personnes sur 10 gardent des séquelles importantes, principalement des troubles du langage (aphasie) et la paralysie d’une partie du corps (hémiplégie). Les autres conséquences de l’AVC ischémique incluent les crises d’épilepsie, la dépression, les troubles de l’humeur et la démence.

Facteurs de risque d’AVC

La prévention des AVC repose sur la réduction ou l’élimination des facteurs de risque : prise en charge des affections cardiaques, obésité, diabète, hypertension, excès de cholestérol, sédentarité, tabagisme, alcool…

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.