Oui, transpirer peut être un signe de crise cardiaque imminente !

Selon une récente étude, des millions de femmes ignorent qu'une transpiration abondante ou une sensation d’étourdissement sont des symptômes typiques de la crise cardiaque.

Au Royaume-Uni, 180 000 personnes subissent chaque année une crise cardiaque. Mais sont-elles pour autant au courant des symptômes annonciateurs ? Selon une récente étude, la réponse est non. Les femmes seraient même de mauvaises élèves à ce sujet.

57% des femmes ignorent les symptômes typiques d’une crise cardiaque

Une enquête menée auprès de 2 000 femmes a révélé que seulement 57% des personnes interrogées savaient que la transpiration faisait partie des nombreux symptômes de la crise cardiaque.

Seulement 64% d’entre elles savaient aussi que le fait de se sentir étourdi ou malade étaient des signes avant-coureurs d'infarctus.

Le Dr Sarah Brewer, directrice médicale de Healthspan et dirigeante de l’étude a déclaré : “Les femmes ne se sentent pas concernées par la crise cardiaque et ne prennent pas les symptômes au sérieux. Or, c’est c’est une question de vie ou de mort”.

Pour rappel, la douleur thoracique est le signe le plus courant de la crise cardiaque mais la toux, une respiration difficile ou encore un essoufflement sont autant de symptômes qui doivent vous alerter.

Les crises cardiaques sont généralement causées par une maladie coronarienne, une hypertension artérielle ou encore un diabète, et les femmes sont elles-aussi de plus en plus concernées par ces pathologies.

Pourtant, une femme sur huit pense "ne pas pouvoir être atteinte d’un infarctus”, comme si les hommes avaient le monopole sur cet accident cardiovasculaire.

Selon des travaux effectués par l’Université d’Édimbourg, les symptômes femmes/hommes sont très similaires et les deux sexes doivent apprendre à reconnaître les signes avant-coureurs pour agir en conséquence.

Comment reconnaître rapidement un infarctus ?

Les personnes présentes auprès de la victime doivent reconnaître les signes de l’infarctus pour agir rapidement.

Il ne faut pas le confondre avec un arrêt cardiaque, qui consiste en un arrêt brutal et inopiné du fonctionnement du cœur.

L’infarctus du myocarde, lui, est déclenché par l'obstruction de l'artère coronaire qui entraîne la destruction partielle du muscle cardiaque.

Dans la grande majorité des cas, il est lié à la présence d’un caillot sanguin qui obstrue une artère coronaire. Quand le flux sanguin est ralenti ou bloqué, le tissu musculaire cardiaque ne reçoit plus assez d’oxygène et se nécrose.

Le symptôme principal d’un infarctus est une douleur thoracique importante, qui se prolonge dans le temps et peut irradier vers la gorge, les mâchoires, l'épaule ou les bras. Il peut s'y associer une fatigue intense, des sueurs, une pâleur, un essoufflement, des palpitations, un malaise, une sensation de mort imminente, ou encore des nausées et vomissements.

Attention toutefois, car l'infarctus peut aussi survenir sans douleur ou avec des symptômes atypiques, notamment chez la femme. Il peut alors se manifester par un malaise, un essoufflement soudain, une fatigue inexpliquée ou des sensations inhabituelles dans le bras gauche.

Si vous êtes en présence d'un sujet qui fait un infarctus, il faut immédiatement appeler le 15 ou le 112. Après avoir donné votre nom, celui du malade ainsi que votre emplacement, ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

Le médecin régulateur peut avoir besoin d'autres renseignements ou peut vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer dans l'attente de l'équipe médicale mobile.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.