Line Renaud donne des nouvelles de sa santé après son hospitalisation

Publié le 04 Juillet 2019 à 11h48 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Hospitalisée en avril suite à une fracture de la cheville, Line Renaud a enfin regagné son domicile. À l’occasion de son 91ème anniversaire, la chanteuse rassure sur son état de santé.

Line Renaud a soufflé ses 91 bougies, ce mardi 2 juillet. Un anniversaire passé en compagnie de ses amis Dany Boon, Muriel Robin et Claude Chirac. À cette occasion, la chanteuse a posté une photo d’elle entourée de ses amis sur Instagram, et en a profité pour donner quelques nouvelles de son état de santé.

“La cheville brisée ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir”

Hospitalisée en avril dernier après une fracture de la cheville, l’ancienne meneuse de revue a enfin pu regagner son domicile, après de longues semaines de soins. Cet incident était survenu lors d’une chute, alors qu’elle jouait avec ses chiens dans son jardin.

“Je suis enfin de retour à la maison, la cheville brisée ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir”, écrit-elle. “Mes enfants de cœur, Muriel, Claude et Dany m’y attendaient pour fêter mes 91 ans, quel bel anniversaire. Que c’est bon d’être en famille !”

Au mois de mai, déjà, l’actrice rassurait ses fans sur le réseau social, et les remerciait de leur soutien. “Comment pourrais-je vous remercier pour tous vos messages si affectueux, si tendres. Moi aussi je vous aime fort. Je vais beaucoup mieux, merci de vous en inquiéter. Tout va bien et c’est vrai”. Elle s’était aussi exprimée un peu plus tôt, afin de démentir les rumeurs selon lesquelles elle aurait subi un AVC.

Le risque de fractures augmente avec l’âge

Avec l’âge, le risque de fracture augmente… Et la principale responsable est l’ostéoporose. Cette maladie osseuse diminue la densité des os et modifie leur micro-architecture, ce qui les rend moins résistants. On estime que 40 % des femmes de 50 ans et plus feront une fracture liée à l’ostéoporose dans les années qui leur restent à vivre, selon le site “Mon ostéoporose”.

D’après l’Inserm, 39 % des femmes de 65 ans souffrent d’ostéoporose, une proportion qui monte à 70 % à partir de 80 ans. Cette maladie est plus fréquente chez la femme, en raison de la chute brutale des hormones due à la ménopause, mais les hommes ne sont pas épargnés pour autant. Elle à l’origine de près de 400 000 fractures chaque année en France - principalement des fractures du col du fémur, de vertèbres et du poignet.

Une étude Kantar vient de montrer que les femmes sont trois fois plus dépistées que les hommes. Les hommes diagnostiqués d'une ostéoporose reçoivent trois à quatre fois moins de médicaments pour la prévenir et la traiter.

Fractures ostéoporotiques : conséquences et facteurs de risques

Certaines de ces fractures peuvent engager le pronostic vital des sujets les plus âgés, en raison des complications qu’elles entraînent. Pour les autres, elles ont souvent des conséquences importantes sur la qualité de vie, provoquant notamment des douleurs persistantes.

En outre, plusieurs facteurs augmentent le risque de fractures liées à l’ostéoporose. Notamment un antécédent de fracture lié à une fragilité osseuse, la présence de facteurs de risque de chute (alcoolisme, sédentarité, troubles orthopédiques, baisse de l’acuité visuelle, prise de médicaments…) ou encore l'existence d’une maladie chronique comme Alzheimer, Parkinson ou le diabète.

Quels traitements pour l’ostéoporose ?

Le risque de fractures peut être limité par le biais d’un traitement de l’ostéoporose. Aujourd’hui, quatre types de médicaments sont utilisés : l’acide zolédronique, le tériparatide, le raloxifène et le dénosumab. La mesure préalable de la Densité Minérale Osseuse (DMO) permet de quantifier le risque de fracture, et ainsi de déterminer la nécessité d’un traitement.

En parallèle, il est indispensable d’apporter à l’organisme les nutriments nécessaires à une bonne santé osseuse. Ainsi, l’apport journalier recommandé en calcium est de 1200 mg chez les femmes de plus de 55 ans et les personnes âgées, selon l’ANSM. L’apport en vitamine D doit également être suffisant. Chez les adultes, il est fixé à 15 µg par jour, 20 µg pour les plus de 70 ans, indique l’Anses.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X