Position 69 : comment lui faire atteindre un orgasme clitoridien

Pour une bonne santé sexuelle du couple, il faut être à l’écoute de son partenaire, pouvoir librement exprimer ses besoins, ses limites, ses envies. Et réussir à lui donner un maximum de plaisir. Ainsi, la position 69 est particulièrement réputée pour permettre aux femmes d’atteindre l’orgasme clitoridien. Encore faut-il bien la pratiquer. Nous allons vous donner quelques conseils.
Istock

La position du 69 : des partenaires tête-bêche

La position du 69 est une pratique de sexe oral, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de pénétration entre les partenaires. Il n’y a par conséquent pas de risque de grossesse. Cela n’évite par contre pas les IST (infections sexuellement transmissibles) si les partenaires n’utilisent pas de préservatif. Dans cette position, l’homme et la femme sont allongés face à face, sur le flanc, tête-bêche. Avec sa bouche et sa langue, ses mains, chaque partenaire va chercher à donner du plaisir à l’autre en pratiquant simultanément un cunnilingus et une fellation.

Donner un orgasme clitoridien à la femme grâce à la position 69

Il est essentiel d’échanger en toute confiance avec son partenaire afin de mieux identifier ce qu’il aime, ce qui le freine, ce qu’il attend. Ainsi, il peut en découler plusieurs précautions à prendre :
- Certaines femmes auront du mal à aller jusqu’à l’orgasme clitoridien lors d’une position 69, car elles sont trop focalisées sur la fellation. Se concentrer sur la façon de donner du plaisir à son partenaire peut nuire à la concentration sur son propre plaisir. Il est compliqué de faire deux choses en même temps. Il peut donc être préférable de pratiquer le sexe oral alternativement entre les partenaires, pour vivre intensément chaque sensation éprouvée.
- Le visuel est un sens à ne pas négliger. Aussi, pour faire monter le désir, il peut être astucieux de contempler son partenaire sans se permettre de le toucher les premières minutes.
- Ne pas chercher à atteindre un orgasme simultané : le rythme de la femme et de l’homme n’est pas le même. Ainsi, l’atteinte de l’orgasme clitoridien et celle de l’éjaculation ne se feront pas forcément au même moment. Il faut donc respecter le rythme de chacun, au risque, sinon, de ne pas atteindre l’orgasme en cherchant la synchronisation.
- Le cunnilingus n’est pas un préliminaire : le clitoris est particulièrement sensible. En l’absence de lubrification, toute caresse sur le clitoris peut devenir douloureuse. C’est pourquoi le partenaire devra veiller, par des caresses, des baisers sur le reste du corps en guise de préliminaires, à apporter suffisamment d’excitation à la femme pour qu’une lubrification s'opère. Il ne faut en effet pas confondre préliminaires et cunnilingus.
- Les bons mouvements de la langue : il faut jouer avec la langue sur les lèvres et l’entrée du vagin, avant d’en venir au clitoris qui aura été décalotté en douceur. Les mouvements de la langue ne doivent pas être brusques ni circulaires sur le clitoris, car ce dernier est ultrasensible. De grands mouvements larges, de bas en haut, sont préférables, au rythme indiqué par la partenaire.

Enfin, pour que ces conseils portent leurs fruits, il faut que les partenaires se laissent aller à un total abandon, adoptent un total lâcher-prise.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):