Surpoids, obésité, ostéoporose, maladies cardiovasculaires, hypertension artérielleDe nombreuses pathologies sont plus ou moins liées à l’alimentation. Certains comportements alimentaires peuvent même être à l’origine de l’apparition de cancers. A l’inverse, d'autres habitudes sont susceptibles de diminuer les risques et offrent toutes les chances de rester en bonne santé. Il existe également des aliments aux “super pouvoirs” qui jouent un grand rôle protecteur de l’organisme, et c’est le cas du piment.

Piment : réduction du taux de mortalité chez les consommateurs

Riche en vitamines C, B6 et K, source de fer, de cuivre ou encore de manganèse… Les vertus du piment sont vantées depuis de nombreuses années, et une nouvelle analyse publiée dans l'American Journal of Preventive Cardiology confirme à nouveau ces dires. En combinant les données collectées par de nombreuses autres études, les scientifiques avancent que la consommation régulière de piments est associée à des taux de mortalité "significativement" plus faibles, par rapport à une consommation rare ou nulle.

Capsaïcine, une molécule qui protège des maladies cardiovasculaires

Selon les auteurs de l’étude, la consommation de piment permet de réduire les risques de développer des maladies cardiovasculaires et des cancers. Cela serait dû à la présence d’une molécule dans le fruit, la capsaïcine, un composé chimique de la famille des alcaloïdes. C’est elle qui produit la fameuse sensation de brûlure dans la bouche lorsque l’on croque dans sa chair.
Action anti-inflammatoire, anti-oxydante et propriétés antimicrobiennes… Les bienfaits de la capsaïcine sur l’organisme sont nombreux. Cette molécule est également efficace pour réguler le poids et le taux de glucose dans le sang.

Quelle quantité de piment faut-il manger ?

Chili avec ou sans viande, acras antillais, curry de légumes, sauce épicée… Il existe de nombreuses recettes où l’on peut incorporer du piment ! Mais pour profiter pleinement des bienfaits de la capsaïcine, les chercheurs expliquent qu’il vaut mieux consommer des piments frais que séchés (et donc éviter les pots d’épices en poudre). Néanmoins, l’étude présentée ici ne permet pas de conclure ni sur la fréquence, ni sur les quantités de piments qu’il faut consommer pour bénéficier de tous ces avantages sur la santé.
Les scientifiques soulignent par ailleurs qu’il faut rester vigilant et déconseillent fortement de consommer ce type d’aliments en trop grande quantité. En effet, manger trop de piments peut déclencher une réaction inflammatoire et des troubles digestifs, notamment chez les personnes sensibles.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666667721001562?via%3Dihub 

https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S2666667721001562-ga1_lrg.jpg 

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.