Les médicaments qui peuvent donner la migraine

On n'y pense pas toujours lorsqu'on souffre de maux de tête, mais il est possible que ce soit la prise de médicaments qui les provoquent. Voici la liste des antimigraineux dont il faut se méfier !

Vous avez des crises de migraines de plus en plus fréquentes et ne savez pas pourquoi ? Et si vos médicaments étaient responsables ? Sachez qu'il est tout à fait possible que vos antimigraineux aggravent vos maux de têtes. On vous explique les raisons. 

Migraine (céphalée) : qu'est-ce que c'est ? 

Avant d'aborder le sujet de la céphalée médicamenteuse, voyons ensemble ce qu'est une migraine.

D'après le site de l'assurance maladie, elle se définit par un "mal de tête pulsatile survenant par crises". La douleur, souvent intense, varie en fonction du profil des personnes, tout comme la récurrence des crises. Généralement, la douleur est unilatérale.

Elle est accompagnée parfois de nausées ou d’une intolérance au bruit et/ou à la lumière.

Chez certaines personnes, la crise est précédée de signes appelés "aura" (apparition de troubles visuels - scotomes scintillants, perte de la vision - sensitifs - fourmillement, picotement autour de la bouche et/ou phasique, ndlr).

Elle peut être accompagnée de symptômes digestifs ou neurologiques variés.

Bien qu'elle soit bénigne, la maladie migraineuse a un fort retentissement sur la qualité de vie des personnes atteintes : elle impacte leurs relations affectives et leurs activités professionnelles.

En France, la migraine concerne 12 % des adultes et 5 à 10 % des enfants, soit 11 millions de personnes. Les femmes sont 2 à 3 fois plus touchées que les hommes. En outre, 30% des malades n’ont jamais consulté et ont recours à l'automédication.

Céphalée médicamenteuse : les médicaments responsables de la migraine

Une céphalée médicamenteuse est un mal de tête provoqué par la prise excessive de médicaments (trop grande quantité, prise trop fréquente ou prolongée). Il arrive souvent que ce soit les médicaments contre la migraine eux-mêmes qui l'entretiennent ou qui finissent par l'aggraver.

Néanmoins, il est aussi possible que des médicaments destinés à soulager d'autres douleurs (douleurs rhumatismales par exemple) puissent engendrer des migraines.

Les chercheurs estiment qu'1% de personnes sont concernées dans le monde par ce type de céphalée. 

Mal de tête : les personnes à risque 

D'après le site Migraine Québec, les patients migraineux sont malheureusement plus à risque car leur cerveau répond différemment à l’usage de médicaments.

Ceux qui ont des maux de tête tensionnels fréquents sont à risque aussi (ce sont des maux de tête liés à la tension et/ou le stress, ndlr). Dans tous les cas, la céphalée est empirée par l’usage régulier de médicament pour la traiter. 

Céphalée médicamenteuse : peut-on les éviter ?

Pour se débarrasser de ces migraines, il faut pendre rendez-vous chez votre médecin traitant. Il vous conseillera sans doute un sevrage (soit un arrêt total, ndlr) des médicaments concerné. 

Durant le sevrage, qui dure en moyenne 3 à 4 semaines, les céphalées risquent d’empirer, toujours selon les informations du site Migraine Québec. Le cerveau doit s'adapter au manque. Idéalement, durant cette période, la personne migraineuse doit pouvoir se reposer. Au bout d’un mois ou deux, une amélioration doit être constatée. 

Cependant, il est possible de souffrir encore de maux de tête, mais ceux-ci seront moins fréquents et/ou moins violents. La tenue d’un calendrier peut aider à suivre la fréquence et l'intensité de ses crises migraineuses. 

À noter : ne stoppez jamais votre traitement sans l'avis médical d'un médecin. 

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.