Définition : qu'est-ce qu'une migraine ophtalmique ?

La migraine ophtalmique ou avec aura visuelle est un type de migraine qui a pour particularité d’être précédée de symptômes neurologiques. Ces derniers altèrent le plus souvent la vision, mais peuvent aussi toucher la sensibilité ou le langage.

Après l’aura, s’ensuit une migraine standard, pathologie survenant par crises de céphalées douloureuses. La migraine ophtalmique est une maladie bénigne, mais invalidante en cas de chronicité.

Chiffres : quelle est la fréquence des migraines ophtalmiques ?

Les chiffres de la migraine ont de quoi nous faire tourner la tête, touchant 20% de la population adulte en France. Cette véritable épidémie toucherait près de 15 à 18% des femmes, 6% des hommes et 5% des enfants. La migraine ophtalmique est quant à elle plus marginale, puisqu’elle ne concerne que 20 à 30% des migraineux.

Quels sont les symptômes d'une migraine ophtalmique ?

La migraine ophtalmique présente dans un premier temps des symptômes neurologiques qui touchent le plus souvent la vision.

Quels sont les troubles de la vision ?

  • Des scotomes scintillants, c’est-à-dire des points lumineux d’abord perceptibles au centre du champ visuel, puis à sa périphérie. « Ils forment des lignes brisées dont la forme rappelle les fortifications à la Vauban », explique le Dr Serge Bakchine, médecin neurologue. Le phénomène affecte les deux yeux aussi bien ouverts que fermés.
  • La vision de tâches colorées (appelées phosphènes).
  • Une impossibilité pour les yeux de voir à droite et/ou à gauche.
  • Certaines personnes peuvent se plaindre de déficit ou de trouble de la perception visuelle (les objets peuvent être déformés ou de taille modifiée).

Parfois l’aura peut toucher la sensibilité des membres, avec des engourdissements ou fourmillements dans les mains, les pieds et/ou les jambes : « Certains patients connaissent même des hémiplégies (paralysie d’un côté du corps) », précise le neurologue.

Enfin la migraine ophtalmique peut affecter le langage : « cela peut aller jusqu’à l’aphasie : le patient éprouve une difficulté à parler et à comprendre ce qu’on lui dit. », explique le spécialiste. Il n’est pas rare que la crise s’accompagne de nausées, de pertes d’équilibre et de vertiges.

Ces symptômes neurologiques s’estompent laissant ensuite place à une migraine classique : Elle sévit par crises de céphalées douloureuses (l’intensité est variable, mais s’aggrave avec les activités physiques de routine). « Elle est presque toujours unilatérale (temporale, orbitaire ou pariétale) et de tonalité pulsatile. Elle s’accompagne souvent d’une hypersensibilité à la lumière et au bruit, mais aussi de troubles digestifs comme des nausées », poursuit notre expert neurologue.

Causes : qu'est-ce qui déclenche une migraine ophtalmique ?

Plusieurs théories expliquent l’aura migraineuse. Selon le professeur Bachkine : « la migraine est due à une contraction suivie d’une dilatation brutale des vaisseaux situés dans les méninges.

Photo : schéma représentant les méninges

Causes : qu'est-ce qui déclenche une migraine ophtalmique ?© Creative Commons

Crédit : Jmarchn — Travail personnel - Crédit : CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Les signes neurologiques, quant à eux, sont liés au même phénomène, mais il concerne alors les vaisseaux d’une partie du cerveau lui-même (et plus précisément le lobe occipital). Lorsque cette dernière vasoconstriction se lève, les signes visuels cèdent, mais la migraine persiste ». 

Quels sont les facteurs de risques de migraines ophtalmiques ?

Les changements hormonaux, les troubles du sommeil, les hypoglycémies, l’abus de café, mais aussi et surtout le stress seraient des facteurs déclencheurs de migraines ophtalmiques.

Quelles sont les personnes à risque de migraine ophtalmique ?

La migraine ophtalmique peut toucher n’importe quel individu à tout âge (même les enfants). Il réside toutefois un facteur héréditaire probable.

Quelle est la durée d'une migraine ophtalmique ?

Les signes neurologies ne durent pas plus d’une heure : « Généralement, ce premier épisode dure en moyenne une vingtaine de minutes », précise le praticien.

Est-ce qu'une migraine peut durer plusieurs jours ?

Réponse du Dr Serge Bakchine, médecin neurologue : 

"La migraine standard qui suit la migraine ophtalmique peut-être beaucoup plus longue. Elle peut très bien s’arrêter au bout d’une demi-heure qu'après quelques jours, voire semaines ».

Migraine ophtalmique : qui, quand consulter ?

Si la consultation d’un médecin généraliste peut suffire lors d’une migraine banale, « il est préférable de se rendre aux urgences en cas de migraine ophtalmique, notamment si le patient éprouve des difficultés à s’exprimer ou à comprendre ce qu’on lui dit afin d’éliminer tout autre diagnostic », prévient le neurologue. Après des examens biologiques et radiologiques normaux, un médecin pourra confirmer le diagnostic et prescrire un suivi sur le long terme si nécessaire (notamment en cas de récidives).  

Quelles sont les complications d'une migraine ophtalmique ?

La migraine ophtalmique est une maladie bénigne sans risque de complications. Toutefois, si la maladie se chronicise, elle peut devenir invalidante. Il est alors nécessaire d’avoir un suivi médical.  

Quel traitement contre les migraines ophtalmiques ?

  • Le traitement des crises des migraines ophtalmiques

Les antalgiques et les anti-inflammatoires  non-stéroïdiens (AINS) sont un moyen efficace de soulager la douleur. Toutefois, il existe des traitements spécifiques de la migraine ophtalmique qui bloquent les symptômes neurologiques : les triptans : « ces médicaments raccourcissent la durée et l’intensité de la migraine. Nous les trouvons en comprimé sublingual ou en spray (pour les sujets qui ne pourraient pas supporter d’avaler pendant la crise », explique le neurologue.

  • Les traitements de fond parfois nécessaire des migraines ophtalmiques

En cas de crises fréquentes et invalidantes (en moyenne 10 à 15 crises par mois). Il s’agit, en première intention de bétabloquants (propanolol, métoprolol, amitryptiline, oxétorone). Si ce traitement est mal toléré, le médecin peut prescrire des médicaments dérivés des antiépileptiques (pizotifène, flunarizine, indoramine, gabapentine, topiramate, valproate de sodium). « Le traitement doit être essayé sur 3 mois des doses suffisantes et d’augmentation progressive afin de déterminer la dose qui convient. On considère que le médicament est efficace si la fréquence des crises a été réduite au moins de moitié. Les patients sont donc tenus de noter et de décrire chaque crise dans carnet de migraine au cours de cette période d’essai », précise le médecin spécialiste.

Migraine ophtalmique : peut-on s'automédiquer ?

Le conseil du Docteur Serge Bakchine

« L’auto-médicamentation et la prise quotidienne d’anti-inflammatoire sont fortement déconseillées (en raison d’un risque d’accoutumance). Toutefois, une bonne hygiène de vie et des pratiques telles que la méditation/ relaxation peuvent permettre de diminuer le nombre de crises. »

Sites d'informations et associations

La société française d’étude des migraines et céphalées

La ligue belge contre les céphalées

The american migraine fondation

Association belge migraine et douleur

Sources

Entretien avec le docteur Serge Bakchine, neurologue au CHU de Reims.

La migraine, site de la Fédération française de neurologie

« Conduite à tenir devant une migraine ophtalmique », C. Papeix and al., 2003

« La migraine », inserm