Mydriaticum®: le collyre réservé à l’usage professionnel depuis le 1er janvier 2019

Un communiqué de l'ANSM, annonce que depuis le 1 er janvier 2019, le collyre Mydriaticum® ne sera plus prescrit aux patients mais uniquement réservé à l'usage professionnel. Des détournements d'utilisation en cause. 
Adobe Stock

Le Mydriaticum® va disparaître des pharmacies dans les foyers Français. Ce collyre à base de tropicamide sera désormais utilisé uniquement par les médecins, ophtalmologistes, généralistes, pharmaciens de ville et hospitaliserse. Une décision entrée en vigeur depuis le 1 er janvier 2019, selon un rapport de l'Agence nationale du médicament dans un communiqué publié le 7 janvier 2019. Les raisons ? "La mise en évidence de cas de détournements, notamment par injection chez des usagers d’opioïdes", à des fins abusives et récréatives, selon les auteurs. Une utilisation dangereuse.

Même les boîtes restantes seront soumises à restriction

En conséquence, depuis le début de l'année 2019, "la prescription du MYDRIATICUM 0,5 %, collyre en flacon de 10 mL sera réservée aux spécialistes en ophtalmologie pour un usage professionnel. "Ce traitement est un collyre, qui se présente sous forme de flacon ou de récipients unidose. Il s'agit de gouttes pour les yeux qui contiennent une substance active atropinique pouvant dilater la pupille et bloquer l'accomodation, les ophtalmologiste y ont souvent recours pour certaines interventions.

L'ANSM indique que même les boîtes qui se trouvaient en pharmacies avant la mise en vigueur de la restriction de prescription,"ne pourront plus êtres dispensées aux patients, mais uniquement aux spécialistes en ophtalmologistes."

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Ce collyre ne sera plus vendu en pharmacie

Source : MYDRIATICUM® 0,5%, flacon de 10 mL (tropicamide) : restriction des conditions de prescription et de délivrance au 1er janvier 2019 - Lettre aux professionnels de santé, ANSM, 7 janvier 2019