Les maladies que l-on attrape en se lavant

Certes, se laver protège des infections transmissibles. Mais ce geste anodin peut aussi vous tuer !  De nombreuses bactéries dissimulées dans votre salle de bains peuvent en effet vous infecter. Voyons ensemble la liste des pires maladies que vous pouvez attraper sous la douche ou dans un bain. 

Douche : un véritable nid à bactéries

Champignons, moisissures, germes… Ces bactéries tant redoutées se cachent dans votre salle de bains. En effet, là où il y a de l'eau, il y a de la vie : les bactéries raffolent de chaleur et d'humidité. Ces éléments leur permettent de survivre et de se propager.

Rien de très surprenant alors d'en retrouver dans un recoin de la douche, dans les toilettes ou au bord d'un évier. 

Les pommeaux de douche sont tout particulièrement "à risque" : on retrouve une bactérie d'une famille proche de celle qui est à l'origine de la tuberculose(Mycobacterium tuberculosis) sur près d'un pommeau sur trois.

Or, celle-ci peut être responsable d'infections pulmonaires, cutanées ou lympathiques, en particulier chez les sujets fragiles (immunodéprimés).

Des chercheurs de l'Université du Colorado à Boulder ont confirmé la présence de ce germe en analysant près de 50 pommes de douche dans neuf villes américaines, dont New York, Chicago et Denver. Le résultat fut sans appel : la bactérie Mycobacterium avium était présente dans près de 30 % des douches examinées.

Selon les scientifiques, cette bactérie serait même 100 fois plus présente à cet endroit que dans les réserves d'eau municipale.

Elle peut en effet facilement s'extraire des pommes de douche sous la forme de gouttelettes d'eau pulvérisées... qui peuvent ensuite être inspirées via les poumons. Une raison de plus pour être prudent dans sa douche !

Passons maintenant en revue les différentes maladies que vous pouvez attraper en vous lavant.

La maladie du Légionnaire

1/3
Les maladies que l'on attrape en se lavant

La légionellose, également appelée "maladie du Légionnaire" se contracte par l'inhalation de goutelettes d'eau contenant des bactéries, en suspension dans l'air. 

Une brève exposition peut suffire à la contamination. Celle-ci dépend de la concentration de bactérie dans l'eau infectée, du mode d’exposition ou de contamination et de la sensibilité des personnes qui y sont exposées.

Le plus souvent, la maladie touche les personnes âgées et les personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Elle se manifeste sous la forme d’une pneumonie aiguë avec forte fièvre et toux et peut évoluer si elle n’est pas prise en charge rapidement vers une insuffisance respiratoire qui peut être mortelle.

Le staphylocoque doré

2/3
Les maladies que l'on attrape en se lavant

Chaleur, humidité, macération... Les staphylocoques apprécient particulièrement les milieux humides, comme la douche. Ils peuvent aussi être présents dans l'eau, sur des objets (comme des serviettes), ou sur le sol. 

C'est par le biais de lésions cutanées ou d'altérations au niveau de la muqueuse que la bactérie va pénétrer dans l'organisme et attaquer les tissus.

Généralement, le microbe n’est pas nuisible, mais le risque de développer une infection à staphylocoque est augmenté chez les personnes immunodéprimées, ce qui explique que les personnes âgées y soient davantage vulnérables.

Pour traiter l'infection, les médecins ont recourt à l'utilisation de pénicilline M (méticilline, oxacilline), mais le plus souvent, elle peut se soigner avec une bonne hygiène locale et la prise d'antiseptiques et d'antibiotiques locaux.

"Mycobactéries non tuberculeuses" : de graves infections pulmonaires

3/3
Les maladies que l'on attrape en se lavant

Les mycobactéries non tuberculeuses (MNT), présentes dans le sol et l'eau, infectent parfois les humains et peuvent causer de graves infections pulmonaires, cutanées ou lymphatiques.

Les personnes âgées fragiles et les sujets immunodéprimés sont davantage touchés. 

L’homme et les animaux sont contaminés directement soit par ingestion, soit par voie respiratoire (aérosols, douches, eaux chaudes). La voie cutanée est une porte d’entrée possible, soit par contact d’une plaie avec de l’eau contaminée, soit par inoculation directe (contamination avec un instrument chirurgical).

Le traitement des MNT est long et nécessite la combinaison de multiples antibiotiques. Les récidives et réinfections ne sont pas rares. 

Sources

Infections pulmonaires dues aux mycobactéries non tuberculeuses, Revue médicale Suisse.

Infections cutanées, infectiologie.com, 23 janvier 2020. Auteur : Dr olivier ROGEAUX.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.