Définition : qu'est-ce que la gastrite aiguë ou chronique ?

La gastrite est une atteinte inflammatoire, aiguë  ou chronique, de la muqueuse qui tapisse les parois de l’estomac.

La gastrite n’est pas une maladie, mai un terme utilisé pour définir l’irritation de la muqueuse de l’estomac.

  • Les gastrites aiguës sont principalement dues à l’infection par  Helicobacter pylori et font suite à la contamination orale par le germe. En l’absence d’élimination de la bactérie, la gastrite devient chronique.
  • Lors d’une gastrite chronique, la muqueuse peut s’atrophier. C’est-à-dire que, dans certains cas, des cellules inflammatoires s’infiltrent et espacent les glandes gastriques, aboutissant à une gastrite chronique. Il existe d’autres types de gastrite chronique, comme les gastrites à éosinophiles, les gastrites lymphocytaires, les gastrites collagènes ou les gastrites granulomateuses, mais elles sont rares.

Image : Helicobacter pylori au microscope électronique

Image : Helicobacter pylori au microscope électronique

Image du domaine public https://fr.wikipedia.org/wiki/Helicobacter_pylori#/media/Fichier:HelicobacterPylori2.jpg

Gastrite : quels sont les chiffres ?

90% des gastrites sont dues à Helicobacter pylori.

La moitié des plus de 50 ans ont la bactérie Helicobacter pylori, mais seulement 10% des jeunes adultes du fait de l’amélioration des conditions d’hygiène dans les pays développés.

Environ 10% des personnes infectées présenteront au cours du temps une maladie ulcéreuse et dans 1 à 3% des cas un cancer à la suite de l’inflammation chronique de tout l’estomac.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Dans la plupart des cas, la gastrite est totalement asymptomatique. La confusion est courante avec le reflux gastro-œsophagien ou des douleurs d’ulcère gastrique. Cependant lorsque des symptômes apparaissent, il s’agit d’une douleur ou d’une sensation de gêne abdominale, parfois de nausées ou de vomissements.

Quelles sont les causes de la gastrite aiguë ou chronique ?

Les causes de la gastrite aiguë sont :

  • Principalement dues à l’infection par Helicobacter pylori et sont la conséquence de la contamination orale par le germe.
  • Les causes transitoires existent également : alcool, stress entrainé par une maladie grave, certains médicaments qui irritent l’estomac (anti-inflammatoire, aspirine) et l’ingestion de produits toxiques accidentelle ou volontaire. Il y a aussi le reflux de bile dans l’estomac.

Les 2 principales causes de gastrite chronique sont :

  • L’infection à Helicobacter pylori (H. pylori), de loin la plus fréquente même si sa prévalence a fortement diminué dans les pays occidentaux. Cette infection se produit tôt dans l’enfance et persiste parfois toute la vie si elle n'est pas éradiquée. L'infection à H.pylori provoque d'abord une gastrite aiguë puis évolue en gastrite chronique créant une inflammation locale et même générale en l'absence de traitement. 
  • La maladie de Biermer : gastrite auto-immune. La personne développe des anticorps dirigés contre ses propres cellules de l’estomac. Il en découle une gastrite atrophique, souvent grave, responsable d’une malabsorption de la vitamine B12. Cette déficience est responsable d’une anémie et de troubles neurologiques.

Recommandations du professeur Robert Benamouzig

A cause de leur grande fréquence, ces 2 causes doivent donc être écartées avant d’en envisager une autre.

Quels sont les types de gastrites ?

  • Gastrite liée aux MICI (maladie inflammatoire chronique de l’intestin) : la maladie de Crohn peut induire les mêmes dommages dans l’estomac que dans le reste du tube digestif.
  • Gastrite lymphocytaire est définie par la présence de lymphocytes. Habituellement, l’infiltrat est intense. Elle peut être associée à l’infection à H. pylori et à la maladie cœliaque.
  • Gastrite collagène : elle est définie par un épaississement de la bande collagène. Il existe une forme qui survient chez les enfants ou les adultes jeunes qui est limitée à l’estomac et une forme associée à la colite collagène avec diarrhée chronique.
  • Gastrite atrophique entraine un amincissement important (atrophie) de la muqueuse de l’estomac et la disparition partielle ou complète des cellules qui sécrètent l’acide et les enzymes. Elle est le plus souvent irréversible.
  • Gastropathie réactionnelle, appelée autrefois la gastrite chimique, c’est la plus fréquente des gastrites après la gastrite à H. pylori. Il y a peu d’inflammation, sauf s’il existe des érosions.
  • Gastrite à éosinophiles peut être due à une réaction allergique. Dans cette gastrite, une importante infiltration d’éosinophiles (globules blancs) se produit dans la paroi gastrique.
  • La maladie de Ménétrier, une maladie rare dont la cause est inconnue. Cette maladie pourrait être due à une réaction immunologique anormale ou encore à l’infection à Helicobacter.
  • Gastrite antrale lorsque l'inflammation concerne l'antre gastrique, la partie stomacale qui se situe juste avant le pylore.
  • Gastrite virale ou fongique est provoquée par un virus. Il peut se développer chez des personnes atteintes de maladies chroniques ou dont le système immunitaire est plus faible. Il se transmet en général par des aliments contaminés.
  • Gastrite fundique est une des formes de gastrite chronique. Elle est appelée ainsi, car elle est due à l'érosion (brûlure) et une inflammation de la muqueuse de l'estomac, touchant le fundus (région arrondie située à gauche du cardia et au-dessous du diaphragme).
  • Gastrite érythémateuse se caractérise par un érythème, c'est-à-dire par une rougeur sur la muqueuse de l’estomac. 

Quel est le rôle de la muqueuse de l'estomac ?

L’estomac est recouvert de plusieurs couches qui le protège.

La muqueuse (membrane muqueuse) est la parure interne de l’estomac. Lorsque l’estomac est vide, la muqueuse est plissée. Ces replis gastriques s’ajustent dès que l’estomac se remplit de nourriture.

Quels sont les facteurs de risques ?

Les antécédents familiaux de cancer de l’estomac et le tabac sont des facteurs de risques à ne pas négliger car dans ce cas précis l’éradication de l’Helicobacter pylori est conseillée.

Mais les facteurs semblent être l'agression répétée de la muqueuse de l'estomac par les médicaments, l’alcool, ou une allergie.

Qui sont les personnes à risque ?

L’Helicobacter pylori est une contamination qui survient le plus souvent dans l’enfance, les personnes infectées par Helicobacter pylori sont donc à haut risque de gastrite. Les enfants vivant dans des conditions d’hygiène précaires et de promiscuité sont à risque, car la contamination se produit par l’intermédiaire de vomissements ou de régurgitations.

Des femmes au-delà de 40-50 ans ayant un terrain de maladies immunitaires et cumulant d’autres maladies auto-immunes (thyroïdites, diabète de type 1) sont aussi des catégories de personnes à risque.

Enfin, avec les années, la muqueuse se fragilise, ainsi les personnes âgées ont un risque plus élevé de développer une gastrite.

Cette maladie inflammatoire concernerait plus les hommes que les femmes, notamment les fumeurs et les alcooliques.

Combien de temps dure une gastrite ?

Si les symptômes durent plus de trois à quatre jours et s’expriment de façon récurrente, le médecin peut juger nécessaire de pratiquer des examens. Mais de manière générale, la gastrite est une maladie de courte durée.

Gastrite : est-ce contagieux ?

Cela dépend de sa cause.  La plus fréquente est l’infection à Helicobacter pylori, une bactérie qui infecte plus de 50% de la population mondiale et cause la grande majorité des ulcères d’estomac.

Qui et quand consulter ?

La consultation du médecin s’impose lorsque les douleurs gastriques se répètent et persistent.

Il faut aussi consulter quand les gastrites se produisent souvent dans la famille. Le contexte génétique familial favorise la maladie.

Des explorations peuvent se justifier pour découvrir des lésions gastriques silencieuses.

Quelles sont les complications de la pathologie ?

Une gastrite symptomatique est une gastrite compliquée car une gastrite est généralement a-symptomatique.

Ainsi certains signes d’appel comme une anémie, une perte d'appétit, fatigue, amaigrissement, des vomissements sanglants, des saignements gastro-intestinaux, des douleurs rebelles du creux épigastrique avertissent la survenue de complications.

Certaines gastrites chroniques peuvent évoluer vers un ulcère gastro-duodénal, un cancer de l’estomac ou, bien plus rarement, vers un lymphome gastrique du MALT.

Comment éviter les complications ?

Conseil du professeur Robert Benamouzig : il est nécessaire de surveiller attentivement par la fibroscopie régulièrement

Les examens et diagnostic à faire

La fibroscopie (ou endoscopie) de la partie haute du tube digestif est souvent demandée lorsque les signes évoquent clairement la gastrite. Il mesure le degré et l’étendue de la gastrite, et permet d’effectuer des prélèvements précis (biopsies de la muqueuse) afin de mettre en évidence la présence du germe (Helicobacter pylori) et d’examiner le caractère inflammatoire de la muqueuse.

Lorsque le médecin pense à un ulcère duodénal, la fibroscopie n’est prescrite que si le traitement d’épreuve a échoué.

Traitements : comment soigner la gastrite ?

Le traitement de la gastrite dépend de sa cause :

  • Lorsque la biopsie met en évidence une infection à H. pylori, il faut éradiquer la bactérie Helicobacter pylori par une double prescription d’anti-ulcéreux et d’antibiotiques :
    • l’anti-ulcéreux de choix est un inhibiteur de la pompe à protons ;
    • les antibiotiques sont prescrits par deux pour être sûr du résultat, qu’on vérifiera par un test.
  • Dans le cas de la gastrite auto-immune, le traitement repose sur une augmentation en vitamine B12.
  • Quand les symptômes de la gastrite sont légers, ils peuvent être soulagés en prenant des médicaments qui réduisent la production d'acide gastrique.

Comment prévenir une gastrite ?

Les mesures de prévention sont possibles en adoptant des gestes simples et en évitant les facteurs de risques qui peuvent déclencher les symptômes. Ainsi, il est important :

  • d’arrêter le tabac ;
  • baisser sa consommation d'alcool ;
  • apprendre à gérer son stress ;
  • diminuer sa consommation de café ou de thé ;
  • varier son alimentation ;
  • éviter les repas copieux.

Sites d’informations et associations

Institut Pasteur : cancers et ulcères gastriques

Association Française de formation médicale continue en Hépato Gastro Entérologie

Sources

Gastrite, Manuel MSD, dernière révision mars 2020

Anatomie et physiologie de l’estomac, Société canadienne du cancer, site consulté en novembre 2020