Variole du singe : quels sont les symptomes d-alerte ?

Maladie rare originaire de l’Afrique de l’Ouest,  la variole du singe s’est propagée en Europe et dans le monde entier. Le Royaume-Uni, premier pays à annoncer un cas le 6 mai, a été suivi par l'Espagne, le Portugal, le Canada et les États-Unis.

À l'heure actuelle, des cas ont déjà été recensés en France.

"Le Monkeypox est une maladie infectieuse due à un othopoxvirus. Cette maladie zoonotique est habituellement transmise à l’Homme dans les zones forestières d’Afrique du Centre et de l’Ouest par des rongeurs sauvages ou des primates, mais une transmission inter-humaine est également possible, en particulier au sein du foyer familial ou en milieu de soin", détaille Santé Publique France.

Variole du singe : comment se transmet-il ?

Le virus monkeypox peut être transmis par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes (salive, éternuements, postillons…).

On peut également se contaminer au contact de l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselle, linge de bain…).

"Il est donc important que les malades respectent un isolement pendant toute la durée de la maladie (jusqu’à disparition des dernières croutes, le plus souvent 3 semaines)", avertit Santé Publique France.

En Afrique, l'Homme peut aussi être infecté via des contacts avec des animaux sauvages, morts ou vivants, comme les rongeurs ou les singes.

Il faut aussi savoir qu'un contact direct avec une peau lésée durant un rapport sexuel facilite la transmission. La variole du singe n'est toutefois pas considérée comme une IST. "Les personnes présentant des symptômes de Monkeypox ne devraient pas avoir de relations sexuelles", préconisent l'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA). Il est également recommandé d'utiliser des préservatifs pendant huit semaines après l'infection.

La maladie est plus sérieuse chez les enfants et chez les personnes immunodéprimées. Elle peut impliquer des complications comme une surinfection des lésions cutanées ou des  atteintes respiratoires, digestives ou ophtalmologiques ou neurologiques. Santé Publique France fait le point sur les symptômes d'alerte. Découvrez-les en images.

La fièvre

1/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

L’infection par le virus Monkeypox débute par une fièvre, indique Santé Publique France. "L’incubation de la maladie peut aller de 5 à 21 jours. La phase de fièvre dure environ 1 à 3 jours". 

Les maux de tête

2/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

La fièvre est souvent accompagnée de maux de tête.

Les courbatures

3/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

Les courbatures font aussi partie des symptômes.

L’asthénie

4/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

L'asthénie fait également partie des symptômes recensés par les patients. Elle se caractérise par une fatigue qui perdure malgré le sommeil. 

Une éruption vésiculeuse

5/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

"Après 2 jours environ, apparaît une éruption vésiculeuse, faite de vésicules remplies de liquide qui évoluent vers le dessèchement, la formation de croutes puis la cicatrisation. Des démangeaisons peuvent survenir. Les vésicules se concentrent plutôt sur le visage, les paumes des mains et plantes des pieds", avertit Santé Publique France.

Des éruptions dans la bouche et la région génitale

6/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

Les muqueuses sont également concernées par les éruptions vésiculeuses : on les trouve aussi dans la bouche et la région génitale. 

Des ganglions lymphatiques à la mâchoire et au cou

7/7
Variole du singe : quels sont les symptômes d'alerte ?

Les ganglions lymphatiques sont enflés et douloureux, sous la mâchoire et au niveau du cou.

Sources

https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/cas-de-monkeypox-point-de-situation-au-23-mai-2022

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.