Laëtitia Milot : "La maladie reprend le dessus"

Publié le 10 Décembre 2018 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Interviewée par Nikos Aliagas dans l'émission 50 minutes inside diffusée le samedi 8 décembre 2018 sur TF1, l'actrice et jeune maman Laëtitia Milot s'est confiée non sans émotion sur la maladie dont elle souffre, l'endométriose, et qui regagne peu à peu du terrain.
Publicité

A l'affiche du téléfilm Un bébé pour Noël diffusé le lundi 10 décembre 2018 sur TF1 et dans lequel elle a joué alors qu'elle était enceinte, l'actrice Laëtitia Milot en a profité pour se confier au sujet de l'endométriose lors de l'émission 50 minutes inside deux jours plus tôt. Une maladie dont elle souffre depuis plus de dix ans et qui continue de gagner du terrain...

"Une grossesse ne guérit pas, on ne guérit pas de l'endométriose"

L'endométriose est une maladie inflammatoire chronique qui touche au moins une femme sur dix en France. Elle se manifeste par des douleurs pelviennes particulièrement intenses notamment au moment des règles. Handicapante, elle est également liée à l'infertilité. Des symptômes que la jeune femme de 38 ans ne connait que trop bien et qui l'ont longtemps privée de ce qu'elle voulait le plus au monde : un bébé. Un rêve devenu réalité le 14 mai 2018, date de naissance de sa fille Lyana. Mais si ces symptômes se sont estompés pendant sa grossesse, ce soulagement n'était que de courte durée.

Publicité
Publicité

"La maladie reprend le dessus malheureusement, a-t-elle expliqué, en larmes, à Nikos Aliagas. Une grossesse ne guérit pas. On ne guérit pas de l'endométriose." Mais la marraine de l'association EndoFrance ne baisse pas les bras pour autant et continue de lutter contre la maladie. "Le combat continue, pour toutes les autres et pour moi aussi. [...] C'est vraiment un engagement où je me suis mise à nu. C'est important pour faire avancer cette maladie. Maintenant que ma fille est là, ça me donne envie de me battre encore plus."

Endométriose : un retard de diagnostic de sept ans en moyenne

Car selon EndoFrance, "cette maladie datant d'un siècle est encore trop peu connue et diagnostiquée tardivement, avec un retard de 7 ans en moyenne". En effet, l'endométriose peut être asymptomatique, mais il convient de consulter en cas de douleur au bas-ventre particulièrement intense : "Cette douleur n’est pas une dysménorrhée primaire qui passe avec du paracétamol, explique l'association. Il s’agit bien souvent d’une douleur invalidante entraînant une incapacité totale ou partielle pendant quelques jours, voire, pour les cas les plus sévères, permanente, et nécessitant le recours à des antalgiques puissants et même morphiniques."

Plusieurs examans permettent de diagnostiquer l'endométriose : une échographie, une imagerie par résonance magnétique (IRM), une hystérographie ou encore une cœlioscopie. Ces techniques permettent de détecter la présence de kystes, de nodules ou de lésions liés à la maladie.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X