Comment reconnaître une inflammation du côlon ?

Dans la majorité des cas, une inflammation du côlon, également appelée colite, va générer deux types de symptômes principaux : les douleurs abdominales et la diarrhée. Mais à cette symptomatologie "classique" peuvent s’ajouter de nombreux autres signes qui pourront constituer des outils pour déterminer l’origine plus précise de l’inflammation : présence de sang dans les selles (selles foncées), état fébrile, fausse envie d’aller à la selle ou envies impérieuses de défécation, nausées, vomissements, ballonnements, déshydratation, épisode de constipation…

Quelles sont les causes potentielles d’une inflammation du côlon ?

Le syndrome de l’intestin irritable, ou colopathie fonctionnelle, constitue la principale cause d’inflammation du côlon. Ce trouble fonctionnel bénin et assez fréquent, notamment chez les femmes, se caractérise, entre autres, par des micro-inflammations au niveau des intestins. Mais la colite peut également s’inscrire dans le tableau clinique d’une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) comme le sont la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. L’inflammation peut parfois survenir dans le cadre d’un traitement radiothérapeutique, ou être consécutive à la prise d’antibiotiques. Enfin, certaines infections sexuellement transmissibles à l’image des chlamydiae ou de l'herpès sont parfois incriminées.

Comment est prise en charge l’inflammation du côlon ?

Le traitement de la colite dépendra avant tout de son origine. Dans la plupart des cas, la détermination étiologique de l’inflammation nécessite une exploration intestinale. Pour cela, le médecin préconise la réalisation d’une coloscopie. Cet examen médical consiste à introduire une caméra microscopique via le rectum pour visualiser le siège exact de l’inflammation et les éventuelles lésions qu’elle a pu engendrer. En fonction des résultats, le gastroentérologue pourra poser un diagnostic et mettre en œuvre une thérapie adaptée. S’il s’agit d’une infection bactérienne, une antibiothérapie est mise en place tandis qu’un traitement anti-inflammatoire permettra, lui, de soulager les patients atteints d’une MICI.

Quelles sont les mesures préventives ?

Comme pour beaucoup de troubles affectant le système digestif, il est possible d’agir efficacement en amont, c’est-à-dire avant que les symptômes s’installent durablement. En cela, l’alimentation revêt une importance toute particulière, car cette dernière possède une influence directe sur la digestion. Certains aliments sont, en effet, plus indiqués que d’autres lorsque l’on a un côlon facilement irritable. Consulter un médecin nutritionniste peut s’avérer intéressant pour obtenir des conseils diététiques et adapter son mode de vie en fonction des besoins spécifiques de son organisme.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.