Selles noires : est-ce un signe de la maladie de Crohn ?

La maladie de Crohn est ce que l’on appelle dans le langage médical une MICI, autrement dit une maladie inflammatoire chronique intestinale. Il s’agit plus concrètement d’une pathologie qui se manifeste généralement par des troubles de la digestion : selles noires, diarrhée, maux de ventre…

Publicité

6755180-inline-500x332.jpg© Istock

Quels sont les principaux symptômes de la maladie de Crohn ?

Les signes cliniques de cette MICI fluctueront d’un patient à l’autre en fonction des segments intestinaux touchés par l’inflammation. Néanmoins, la maladie se caractérise principalement par quatre types de symptômes :- des douleurs abdominales dont l’intensité et la fréquence varient ;- du sang dans les selles (selles noires), des selles glaireuses ou encore de fausses envies d’aller à la selle ;- des troubles digestifs allant de la diarrhée à la constipation, ou une alternance des deux ;- une perte de poids et/ou une dégradation de l’état de santé général (fièvre, asthénie…).Lorsque l’inflammation affecte la région anale, des fissures ou des fistules anales peuvent survenir.

Publicité
Publicité

À quoi est due la maladie de Crohn ?

Actuellement, les causes exactes de cette pathologie ne sont pas formellement identifiées. Toutefois, les études scientifiques menées sur le sujet ont permis d’identifier quelques facteurs de risque. Parmi ceux-ci, on retrouve des prédispositions génétiques. En effet, certains gènes auraient une implication majeure dans la survenue de la maladie de Crohn, ce qui tendrait à la rapprocher des maladies auto-immunes. Les chercheurs se sont également aperçus que le nombre de cas était plus important dans les pays industrialisés. Face à ce constat, des expérimentations sont engagées pour démontrer un lien éventuel entre cette maladie inflammatoire et le mode de vie.

Comment est diagnostiquée la maladie de Crohn ?

En présence des symptômes présentés ci-dessus, le médecin traitant préconise généralement la réalisation d’un bilan sanguin complet destiné, entre autres, à détecter une éventuelle anémie – qui pourrait être le signe d’une hémorragie digestive – ou un processus inflammatoire en cours (augmentation du nombre de globules blancs). S’il suspecte effectivement une maladie de Crohn, le praticien orientera son patient vers un confrère gastroentérologue afin que celui-ci procède à une coloscopie. Cet examen consistant à explorer le côlon, l’iléon et le rectum est le plus souvent utilisé pour diagnostiquer la pathologie et visualiser la gravité des lésions intestinales.

Quels sont les traitements de la maladie de Crohn ?

À l’image de la majorité des maladies dont les origines sont inconnues, la maladie de Crohn ne possède pas de traitement curatif. Il faut savoir que la pathologie évolue par poussées qui vont, elles, faire l’objet d’une prise en charge symptomatique. Ainsi, les douleurs abdominales sont soulagées via l’administration de médicaments anti-inflammatoires tandis que des antidiarrhéiques ou des laxatifs pourront être prescrits pour atténuer les signaux digestifs. Les patients concernés font également l’objet de contrôles sanguins réguliers afin de vérifier leur taux de ferritine et, au besoin, d'être supplémentés en fer.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X