Ces maladies qui risquent d’exploser d’ici 2050

Publié le 09 Juillet 2019 à 12h45 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Alzheimer, ebola, candida auris… Nous le voyons déjà, certaines maladies sont en train d’émerger, et d’autres font de plus en plus de dégâts. A l’origine de cette menace, on trouve plusieurs facteurs, comme le réchauffement climatique, l’antibiorésistance ou la malbouffe. Doit-on craindre pour la santé mondiale ? On fait le point avec le Pr. Roger Salamon, épidémiologiste.

© Istock

Le réchauffement climatique, la montée de l’antibiorésistance, l’alimentation moderne, le vieillissement de la population… tous ces facteurs ont un impact considérable sur la santé mondiale et pourraient favoriser l’essor de certaines maladies, potentiellement graves.

Nous avons interrogé le Pr. Roger Salamon, épidémiologiste et professeur de santé publique à l’université de Bordeaux, pour tenter d’en savoir plus. Ce dernier a été président du Haut conseil de la santé publique de 2006 à 2015, et a fondé l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (ISPED). Selon lui, vont s’opposer : une évolution spontanée et naturelle des pathologies ; un progrès thérapeutique vraisemblable.

De nombreux facteurs rentrent en ligne de compte pour expliquer une évolution défavorable de la santé des populations d’ici 2050. On peut en retenir quatre principaux :

  • La résistance aux antibiotiques,
  • L’évolution climatique,
  • Le vieillissement de la population,
  • Les risques environnementaux.

Tuberculose, pneumonie... elles vont à nouveau tuer

700 000 personnes meurent chaque année d’une maladie antibiorésistante. D’ici les trente prochaines années, ce nombre pourrait s’élever à 10 millions par an. Telles sont les conclusions du Groupe spécial de coordination interinstitutions sur la résistance aux antimicrobiens, qui a rendu son rapport au Secrétaire Général des Nations Unies en avril 2019.

Pour le professeur, les superbactéries devraient effectivement nous préoccuper. “On constate de plus en plus de résistance aux antibiotiques et c’est inquiétant, car ces bactéries sont très dangereuses. C’est un problème majeur, malheureusement un peu mésestimé”.

Certaines de ces maladies sont assez classiques, comme la tuberculose (maladie réémergente) ou la pneumonie. “Ce sont des pathologies qui, avant, étaient soignées, mais désormais, ne répondent plus aux traitements. Comme aucun antibiotique ne peut plus les guérir, elles conduisent directement à la mort”.

Dans le milieu hospitalier, les germes multirésistants sont particulièrement présents, et peuvent poser des problèmes thérapeutiques, en contaminant des patients déjà affaiblis. C’est le cas des staphylocoques ou de candida auris, pour ne citer qu’eux. Certains germes se rencontrent aussi hors des hôpitaux, comme les shigelles, les salmonelles ou encore les gonocoques. Ces derniers sont responsables de la gonococcie, une infection sexuellement transmissible.

L’expert ajoute que les pathologies antibiorésistantes sont très contagieuses, ce qui rend l’absence de traitement particulièrement alarmant. Un problème d’autant plus grave en cas d’épidémie.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X