Sommaire

Le Champix® (varénicline)

Le Champix® (varénicline)© IstockEn vente depuis février 2007, Champix® bloque les récepteurs nicotiniques au niveau du cerveau. Prescrit au moins 12 semaines, il convient aux fumeurs dépendants à la nicotine. Ses plus : ses résultats sont prouvés et il implique un suivi médical, donc un soutien facteur de réussite. D’après les études, le Champix® est plus efficace que le Zyban® à court terme précise le Dr Scemama, médecin à l’HAS. Toutefois, c'est un médicament de seconde intention, réservé aux sujets fortement dépendant s. Ses moins : il peut induire des nausées (28,6 % des cas), maux de tête, cauchemars et fatigue. Il ne doit pas être associé à des patchs (risques d’augmentation des effets secondaires et de chute de tension). Son coût : moins de 5 € par jour, soit 300 à 400 € en tout, remboursés dans la limite de 50 € par an.

Vidéo. La vidéo qui donne envie d'arrêter de fumer

Le Zyban® (bupropion)

Le Zyban® (bupropion)© IstockC’est un antidépresseur dont on connaît mal les mécanismes d’action. Il s’adresse surtout aux fumeurs dépendants à la nicotine. Ses plus : son efficacité est démontrée. Vendu sur prescription, il implique un soutien médical facteur de réussite. Il serait plus efficace que les substituts nicotiniques. Ses moins : il est proscrit en cas d’antécédents de troubles convulsifs ou dépressifs, d’insuffisance hépatique sévère, de certains diabètes, ou sous IMAO (inhibiteur de la monoamine-oxydase). Il entraîne des insomnies, des vertiges, céphalées et problèmes cardio-vasculaires. Son coût : environ 190 € le traitement en moyenne, non remboursés.

Les substituts nicotiniques

Les substituts nicotiniques© IstockComme ils apportent de la nicotine, ils conviennent surtout à ceux qui y sont accros. Leurs plus : les gommes, inhalateurs et comprimés remplacent le geste. Les patchs sont simples d’utilisation. Leur efficacité a été démontrée… même si, selon l’HAS, le taux de rechute reste de 30 %, 1 an après le sevrage ! Leurs moins : les substituts nicotiniques n’ont aucun effet sur la dépendance psychologique et peuvent donner des maux de tête. Les patchs peuvent induire des irritations et les gommes ou comprimés, des brûlures gastriques. Les inhalateurs suscitent parfois des irritations. Leur coût : il varie selon la durée du sevrage et les besoins nicotiniques. La CNAM les rembourse à hauteur de 50 € par an.

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC)

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC)© IstockCe sont des psychothérapies pour arrêter de fumer. Leur but : changer les réflexes. Elles peuvent suffire en cas de dépendance psychologique… mais mieux vaut prévoir un complément médicamenteux, si l’on est physiquement accro ! Leurs plus : sans ajout pharmacologique, elles n’ont ni contre-indication, ni effets secondaires. Leurs effets sont prouvés. Selon l’Afssaps, il s’agit de moyens efficaces d’aide à l’arrêt et de prévention de la rechute. Leur moins : peu de praticiens psychothérapeutes sont formés à ces techniques, souvent longues (plusieurs mois). Leur coût : il varie selon les praticiens et peut être en partie remboursé si le thérapeute est médecin.

Les cigarettes sans tabac

Les cigarettes sans tabac© IstockElles ne contiennent pas de tabac, mais des plantes... Leurs "plus" : certains fabricants assurent qu’elles permettent de pallier le manque comportemental tout en sevrant l’organisme de la nicotine. Leurs moins : elles sont interdites à la vente en pharmacie depuis novembre 2006 et sont très vivement déconseillées par les tabacologues et l’HAS. D’abord parce qu’elles renferment tout de même du goudron. Ensuite, parce que le fumeur en manque de nicotine inhale la fumée plus intensément. Leur coût : à produit dangereux et inefficace, prix relativement bas… forcément ! On en trouve hélas sur le Net entre 20 et 30 € le kit complet - évidemment non remboursés.

L’acupuncture

L’acupuncture

© iStock© iStock

En Chine, elle est utilisée pour sevrer les opiomanes. L’acupuncture agirait par la stimulation de points énergétiques. En vogue dans les années 80, elle revient avec la méthode Chiapi. Elle est surtout intéressante pour les fumeurs peu dépendants à la nicotine. Ses plus : pratiquée par un médecin, elle aurait peu d’effets secondaires et les séances apportent un soutien psychologique. Ses moins : les praticiens expérimentés sont rares et pour l’HAS, les études manquent : aucune efficacité n’a pu être démontrée. Son coût : il varie de 23 à 60 €, en partie pris en charge si le thérapeute est médecin. Une séance chiapi, qui théoriquement peut suffire, tourne autour de 150 €.

L’hypnose pour arrêter de fumer

L’hypnose pour arrêter de fumer© IstockLa "transe hypnotique" correspond à un état de conscience modifié. On connaît mal ses mécanismes d’action. La méthode a ses partisans et ses détracteurs ! Ses plus : pratiquée par un médecin psychiatre, elle n’a ni effets secondaires, ni contre-indication, et offre un soutien psychologique régulier, toujours facteur de réussite. A noter : des études américaines ont montré qu’elle entraîne réellement des réponses neuronales. Ses moins : Pour l’HAS et l’Afssaps, ses effets sont nuls dans le cadre d’un sevrage tabagique. Toutefois, les autorités reconnaissent le manque de fiabilité des travaux disponibles. Son coût : 50 à 80 €, en partie pris en charge si le thérapeute est bien médecin.

La phytothérapie

La phytothérapie© IstockLa phytothérapie faciliterait le sevrage tabagique. "Je donne des plantes, comme la valériane, qui dégoûtent du tabac et des variétés anxiolytiques (aubépine, mélisse…) ou détoxifiantes…", explique Bérengère Arnal, médecin phytothérapeute. La thérapeutique s’adresse surtout aux fumeurs non dépendants à la nicotine. Ses plus : les risques d’effets secondaires seraient moins fréquents qu’avec les molécules chimiques. Toutefois, voyez un médecin qui vous assurera par ailleurs un soutien régulier. Ses moins : l’HAS ne reconnaît pas son efficacité. C’est encore une médecine empirique. Son coût : variable, il est en partie pris en charge par la CNAM si le thérapeute est médecin.

L’homéopathie

L’homéopathie© IstockCertains homéopathes conseillent des formules décontractantes (Nux Vomica, Gelsemium Sempervirens…). On peut aussi faire préparer une dilution à base de cigarette, à avaler avant chaque "grosse envie". Elle peut convenir aux personnes non accros à la nicotine et convaincues de l’efficacité de cette thérapeutique. Ses plus : elle n’a ni effet secondaire, ni interaction. Comme toute prise de substance, même placebo, elle apporte un soutien dans la démarche de sevrage. Ses moins : de l’aveu même de certains homéopathes, aucune étude ne permet d’établir l’efficacité de ces traitements. Son coût : quelques euros à peine, en partie remboursés par la CNAM (sur prescription médicale).

La méthode Allen Carr

La méthode Allen Carr© IstockFondée en 1983 par un fumeur invétéré, Allen Carr, cette méthode a donné naissance à une entreprise internationale. Son principe : démontrer au fumeur l’aberration de sa dépendance. Ses plus : non médicamenteuse, elle n’a ni effet secondaire, ni interaction. Le livre (8,20 €) est parfois suffisant pour dire adieu à la cigarette (nous avons un exemple à la rédaction !). Allen Carr France propose aussi un pack : trois séances de coaching + une assistance téléphonique et Internet. Ses moins : l’HAS ne dispose d’aucune étude démontrant son efficacité, même si pour elle, les suivis téléphoniques donnent des résultats. Son coût : 290 € non remboursés (mais avec ce slogan : "Vous arrêtez de fumer ou vous êtes remboursé !").

Les trucs et astuces de la rédaction

Les trucs et astuces de la rédaction© IstockNous ne pouvions pas finir sans vous donner nos trucs… qui ont marché ! Jean-Pierre, notre développeur a réussi son sevrage grâce à sa formule 2 en 1. Il a choisi d’arrêter en même temps que son amie (c’est plus motivant), et l’a emmené passer 3 jours à la campagne… loin de tout tabac ! Simon, roi des Newsletters, s’y est repris à trois fois. Son truc : persévérer ! Olivia, notre rédactrice en chef adjointe, elle, a stoppé net il y a trois ans. Si si, ça peut fonctionner, même pour les gros fumeurs ! Quant à votre servante… J’ai supprimé tout alcool (il est scientifiquement prouvé que les 2 addictions sont liées). Je ne fume que lorsque je bois une coupe de champagne, de temps en temps !

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Vidéo : La vidéo qui donne envie d’arrêter de fumer

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.